Sénat : Gérard Larcher veut frapper les absentéistes au portefeuille

le
2
Sénat : Gérard Larcher veut frapper les absentéistes au portefeuille
Sénat : Gérard Larcher veut frapper les absentéistes au portefeuille

S'absenter, oui, mais pas sans en payer financièrement les conséquences. Telle est la philosophie d'une réforme du Sénat lancée ce mercredi par son président, Gérard Larcher, comme l'avait rapporté mardi le site de la chaîne Public Sénat. La haute assemblée s'attaque à l'absentéisme en actionnant le levier de l'indemnité représentative pour frais de mandat, l'IRFM, fixée à 6 037 ¤/mois, et celui de l'indemnité de fonction, d'un montant de 1 400 ¤/mois.

Gérard Larcher a annoncé la mise en place de plusieurs mesures à compter du 1er octobre. «Un nouveau dispositif de retenue financière sera appliqué en cas d'absences répétées. (Il) portera à la fois sur l'indemnité de fonctions et sur l'indemnité représentative de frais de mandat. L'absence, au cours d'un même trimestre, à plus de la moitié soit des votes solennels (explications de vote incluses), soit à des réunions de commissions permanentes (...), soit à des séances de questions au gouvernement entraînera pour le trimestre suivant la diminution de la moitié de l'indemnité de fonctions, pour un de ces items, soit 700 ¤ par mois».

Jusqu'à 4 400 ¤ de pertes par mois

«Si l'absence atteint la moitié de ces trois catégories cumulées, la diminution sera portée pour le trimestre suivant à la totalité de l'indemnité de fonctions et à 50 % de l'IRFM, soit 3 000 ¤ par mois pour cette seule IRFM, 9 000 ¤ de moins pour le trimestre» et 1 400 ¤ de moins pour l'indemnité de fonctions par mois, a poursuivi Gérard Larcher. Précisant que le Sénat s'alignait ainsi sur différents parlement comme le Parlement européen, le président a affirmé que «l'objectif n'est pas de pénaliser ; l'objectif est d'avoir une présence».

Par ailleurs, l'utilisation de cette IRFM devient mieux encadrée. Interdiction sera par exemple faite de s'en servir pour acquérir sa permanence à compter du 1er avril. Une mesure similaire a été adoptée par l'Assemblée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Math0606 le mercredi 11 mar 2015 à 14:59

    Plusieurs scandales : Que cet état insencé ait duré aussi longtemps (être payé en étant absent), que cela dure encore jusque octobre, que les absents touchent encore 50% des salaires+indemnités. Ils devraient ne rien toucher et être radiés (sauf absence exceptionnelle pour maladie/autre) !!

  • M8637171 le mercredi 11 mar 2015 à 10:21

    La pression semble forte pour le sénat. l'état et les élus sont payés par l'endettement. le sénat doit être supprimé ou profondément réformé et réduit tant en nombre d'élus que de salaires des élus et de frais de fonctionnement (fonctionnaires, jardiniers, questeurs, vitriers, chauffeurs, ...).