Semaine critique pour l'Economie américaine

le
0
Semaine critique pour l'Economie américaine
Semaine critique pour l'Economie américaine

Depuis le début de l'année chez Obliginvest.com, nous pensons que la vraie question de l'année 2013 n'est pas le niveau des dettes souveraines en Europe, ni le mécanisme du "séquestre" aux Etats-Unis, ni même les élections en Italie... Non, nous pensons que la véritable question qui donnera leur direction aux marchés pour les mois, voire années, à venir est la croissance économique... Evidemment, on sait déjà que la croissance sera molle voire nulle en Zone Euro. Les disparités seront d'ailleurs de plus en plus grandes sur le vieux continent entre les pays "du coeur" et les pays dits "périphériques", mais également entre les pays du coeur eux-mêmes : Allemagne, Belgique et Autriche sont en train de distancer la France et les Pays-bas. La Chine, deuxième économie mondiale, semble avoir éviter le pire, à savoir l'atterrissage forcé de son économie. Certes la croissance ne sera plus de 10% comme il y a quelques années, mais se situera davantage autour de 7,5% désormais. A cet égard, les derniers chiffres sont encourageant. La grande inconnue concerne donc celle qui reste malgré tout, bien que son importance relative ait diminué par rapport à ce qu'elle était il y a 20 ans, la locomotive de la croissance mondiale : l'économie des Etats-Unis. Or à ce sujet, les avis sont partagés et la semaine à venir pourrait être déterminante...

En effet, les investisseurs continuent d'observer de très près l'évolution de la première économie mondiale suite au déclenchement des coupes budgétaires automatiques faisant suite à l 'absence d'accord trouvé sur le fiscal cliff et à la fin d'une partie des avantages fiscaux de l'ère Bush.

David Woo, directeur de la recherche Taux et Change de Bank Of America ML, est plutôt pessimiste. Il s'inquiète depuis le début de l'année des conséquences du "Séquestre" (les coupes budgétaires automatiques aux Etats-Unis de 120 Md$ par an pendant 10 ans, pour moitié sur le secteur de la défense et moitié sur les Agences Fédérales). Les bons chiffres économiques aux Etats-Unis du mois de février (notamment ceux de l'emploi de vendredi dernier) n'ont pas ébranlé ses convictions : pour lui, les conséquences des coupes budgétaires se feront sentir à partir du mois de mars. On pourrait alors voir, toujours selon lui, un ralentissement brutal dès le troisième mois de l'année de l'économie américaine.

Dans le coin opposé, Jan Hatzius, l'économiste vedette de Goldman Sachs est beaucoup plus optimiste. Pour lui les derniers chiffres sont encourageants et montrent une économie américaine déjà sur la voie de la rémission et peut-être de l'accélération. A ce sujet, les fortes créations d'emploi de vendredi (236 000) constituent un indice primordial. Tout comme la très bonne tenue des dépenses des ménages malgré les hausses d'impôts de 200 Md$ devenues effectives au mois de janvier dernier.

Jan Hatzius ne pense pas que l'on ait surmonté tous les obstacles. Les coupes automatiques de dépenses budgétaires vont nécessairement peser sur la croissance. Mais historiquement, la croissance américaine s'est toujours appuyée sur le marché de l'immobilier et la consommation des ménages. Et si ces deux piliers continuent de se renforcer, alors la croissance américaine pourrait bien surprendre agréablement dans les mois à venir... et retrouver son rythme de croisière d'avant crise...

Concernant la consommation des ménages, l'un des points clés de l'année sera donc les ventes aux détails pour le mois de février qui seront publiées mercredi. Etant donné que les chiffres de février prendront en compte la fin des avantages fiscaux entrée en vigueur en début d'année, ils seront en effet particulièrement critique pour déterminer laquelle des deux vues que nous venons de mentionner est la plus proche de la réalité... Les analystes attendent une progression de 0,5%... réponse dans 48h...

Copyright Photo : Arian Camilleri


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux