Selon l'enquête de Fidelity, consommation, innovation et services financiers vont animer 2016

le
0

(AOF) - Selon l’enquête annuelle menée par Fidelity International auprès de 200 analystes actions et obligations, "l’année 2016 sera placée sous le signe de l’arrivée à maturité du cycle, avec à la clé une hausse des risques et un climat d’investissement de plus en plus complexe." La société de gestion note que "l'ajustement de l'offre dans les secteurs de l'énergie, des matériaux et de certaines industries pèse clairement sur leurs prévisions, mais l'enquête identifie également des opportunités dans d'autres secteurs, soutenues par trois grandes tendances."

Dans le détail, la consommation devrait s'imposer comme le nouveau moteur de la croissance en 2016. "Alors que le pouvoir d'achat des consommateurs est soutenu par le bas niveau des prix de l'énergie, l'inflation globalement faible, la situation favorable du logement, la croissance des salaires et la reprise de l'emploi, l'enquête révèle que la confiance des dirigeants dans les biens de consommation non-cyclique et cyclique est devenue neutre, alors qu'elle était négative en 2015", précise Fidelity.

La deuxième tendance pour cette année est l'importance de l'innovation dans un environnement de croissance nominale faible. "L'impact de l'innovation ressort dans presque tous les secteurs et marchés, mais est particulièrement visible dans la santé et les technologies de l'information où elle crée des opportunités de marché et des flux de revenus", observe la société de gestion.

Enfin, les analystes interrogés par Fidelity soulignent l'évolution en cours des sociétés de services financiers sous l'effet des restrictions budgétaires et réglementaires.

"En conséquence, les entreprises sont financièrement plus robustes et moins endettées. Ces signes d'amélioration des fondamentaux sont parfois aux antipodes de la confiance en berne des investisseurs, comme attesté par la sous- performance des valeurs bancaires au deuxième semestre 2015 et début 2016. Toutefois, si les changements sont positifs, des risques subsistent, notamment le ralentissement de la croissance et des perspectives d'inflation, diverses formes d'exposition aux sociétés énergétiques et la baisse de la liquidité du marché obligataire", note Fidelity.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant