Selon BNY Mellon, les risques politiques pourraient peser lourd en 2016

le
0

(AOF) - Dans une récente note, BNY Mellon a fait part de ses perspectives 2016 pour les marchés financiers, soulignant le fait que ces derniers seront "fortement conditionnés par les enjeux politiques" l'année prochaine. En Europe d'abord, l'attention des investisseurs risque de se porter sur la menace d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union alors que la campagne pour le référendum prévu en 2017 va battre son plein l'année prochaine. Par ailleurs, Rowena Macfarlane, analyste valeurs souveraines chez Standish Mellon Asset Management, boutique de BNY, cite l'Espagne et la Grèce.

"Nous pensons que les débats sur l’indépendance de la Catalogne vont continuer de faire les gros titres en Espagne. Nous ne sommes toutefois pas vraiment inquiets de l’impact sur les marchés obligataires : le niveau de volatilité avant les élections régionales en Catalogne était conforme au risque politique et la sous-performance des obligations espagnoles par rapport aux obligations italiennes s’est résorbée après le scrutin", explique le gérant.

Concernant la Grèce, Rowena Macfarlane anticipe une possible résurgence du débat sur le Grexit. Pour l'analyste de Standish Mellon AM (BNY Mellon), "les conditions du sauvetage financier finalement acceptées par le gouvernement grec requièrent en effet davantage d’austérité et de réduction des dépenses que prévu, ce qui risque de s’avérer très impopulaire une fois mis en œuvre."

Pour ce qui est des risques politiques en provenance des marchés émergents, la principale préoccupation de Colm McDonagh, responsable de la dette des marchés émergents chez Insight Investment, une autre société du groupe BNY Mellon, se trouve en Amérique latine avec le Brésil. "Ces trois dernières années, la monnaie du Brésil s’est dépréciée de près de 50% face au dollar US. Or une monnaie plus faible ne va pas forcément aider le Brésil, qui a un historique d’inflation élevée et peu de marge de manœuvre", observe-t-il. A l'inverse, le Mexique pourrait être un havre de stabilité notamment dans le cas d'une remontée des taux américains limitée.

Sur le marché américain précisément, le responsable de la stratégie de Newton Global Income (BNY Mellon), James Harries, pointe logiquement les conséquences qu'aura le resserrement monétaire que la Fed mènera sans doute l'année prochaine. "Il est difficile de prévoir quelles seront les conséquences finales des taux d’intérêt bas, mais il est très probable que leur impact soit amplifié par la hausse de l’effet de levier et par un décalage dangereux entre les actifs risqués et leurs détenteurs. Cela amènera de la volatilité là où on ne s’y attend pas", prévient-il.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant