Selon Bachar al-Assad, la Syrie est informée des frappes de la coalition

le
0
Selon Bachar al-Assad, la Syrie est informée des frappes de la coalition
Selon Bachar al-Assad, la Syrie est informée des frappes de la coalition

Dans un entretien à la BBC diffusé ce mardi, Bachar Al-Assad assure que la Syrie est tenue «informée» des frappes aériennes que la coalition internationale antijihadistes mène sur son territoire. «Parfois, ils (la coalition) transmettent un message, un message général», déclare le président syrien. Il n'y a pas de dialogue. Il y a, disons, information, mais pas dialogue».

Plusieurs pays de la coalition conduite par les Etats-Unis ont entamé le 23 septembre leurs frappes sur des positions les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, et le régime de Damas a régulièrement critiqué cette coalition qui refuse de se coordonner avec lui.  Une grande partie du territoire échappe au pouvoir en Syrie, où la montée en puissance en 2013 de l'EI a éclipsé la guerre entre rebelles syriens et régime, qui entre le 11 mars dans sa cinquième année. Selon Damas, les frappes ne peuvent pas détruire l'EI, dont les combattants sont en grande partie venus de l'étranger, sans une coopération de l'armée syrienne sur le terrain.

Dans cet entretien d'une trentaine de minutes avec la chaîne britannique, Bachar Al-Assad exclut toutefois que son pays rejoigne les rangs de la coalition. «Non, nous ne pouvons assurément pas (rejoindre la coalition), assure-t-il. Nous ne voulons pas, pour une simple raison: nous ne pouvons pas nous allier à des pays qui soutiennent le terrorisme». Le président syrien fait ainsi référence aux Occidentaux et aux pays du Golfe qui soutiennent les rebelles syriens que son régime considère comme des «terroristes».

Selon lui, les responsables américains «bafouent tranquillement le droit international qui défend notre souveraineté. Donc ils ne nous parlent pas, on ne leur parle pas».

VIDEO. La Syrie rejette une intervention étrangère sur son sol

Après Kobané, les Kurdes veulent reprendre Tall Abyad

Après leur victoire à Kobané, reprise aux combattants de l'Etat islamique, la ville ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant