SeLoger.com : Résultats annuels 2008

le
0
Communiqué

PARIS, March 26 /PRNewswire/ --

    
    -- Hausse du chiffre d'affaires de 25,2 % à 71,7 MEUR ; la croissance
       organique s'établit à 22,5 %
    -- Taux de marge d'Ebitda(1) de 51,6 % du chiffre d'affaires
    -- Hausse du résultat net de 26,0 % à 17,0 MEUR
    -- Baisse du taux d'endettement de 29 % à 17 %
    -- Perspectives 2009 solides dans un environnement toujours baissier

Pour illustrer ces résultats 2008, Roland Tripard, directeur général, déclare : >.

(1) Ebitda : résultat opérationnel courant avant amortissements et provisions, post IFRS 2. Performances opérationnelles

L'Ebitda 2008 connaît une progression de 24,5 % à 36,9 MEUR. Hors intégration de Belles Demeures (consolidé sur le second semestre 2008), il s'établit à 37,3 MEUR correspondant à un taux de marge d'Ebitda de 53,2 % permettant au Groupe de dépasser légèrement son objectif d'Ebitda 2008 compris entre 36 MEUR et 37 MEUR.

Le taux de marge d'Ebitda s'établit à 51,6 % en 2008, quasi stable par rapport à 2007 (51,8 %). Il reflète une amélioration de 0,4 point de la marge au second semestre 2008 par rapport au second semestre 2007 principalement grâce à une optimisation des dépenses marketing au cours de l'année. L'ensemble des charges externes voit son poids dans le chiffre d'affaires progresser d'un point à 20,4 % notamment en raison du coût d'intégration de la société Belles Demeures.

Le groupe a poursuivi le renforcement de ses moyens humains (hausse de ses effectifs de 22 %) tout en maîtrisant le poids des frais de personnel par rapport au chiffre d'affaires qui sont restés stables à 25,0% en 2008 comme en 2007.

Panier moyen et taux de pénétration

La stratégie de développement passe notamment par une augmentation du taux de pénétration du Groupe et une amélioration de la fertilisation croisée des clients. Dans cette optique, la notion de clients et de panier moyen s'étend désormais au niveau du Groupe et non plus aux seuls clients >. Au 31 décembre 2008, le nombre total de clients du groupe s'établit à 14 877 dépensant un panier moyen mensuel de 340 euros.

Résultat net

La dotation nette aux provisions et dépréciations s'établit à 1,2 MEUR : afin de tenir compte de l'environnement économique, la société a décidé d'adopter une politique de dépréciation plus conservatrice de ses créances clients. Le délai de règlement clients reste maitrisé ; il s'établit à 68 jours en 2008 contre 65 jours en 2007.

Le coût de l'endettement financier décroit de 12,6 % à 3,5 MEUR. Il traduit la poursuite de désendettement en dépit d'une hausse du taux de base (Euribor) qui a affecté la partie non couverte de la dette.

La charge d'impôt s'établit à 9,2 MEUR soit 35 % du résultat courant après le coût de l'endettement financier net.

Ainsi, le résultat net part du groupe 2008 progresse de 26,1 % à 17,0 MEUR.

Cash flow et endettement

La capacité d'autofinancement après coût de l'endettement financier net et impôt s'élève à 24 millions d'euros, en progression de 20,0 % par rapport à 2007. Comme annoncé, la dette nette, qui était restée stable au premier semestre 2008 par rapport à fin 2007 (42,1 MEUR), diminue fortement pour s'établir à 28 MEUR. En effet, le paiement des acquisitions de Belles Demeures et des 15 % supplémentaires de Périclès a été décaissé au cours du premier semestre 2008. Sur l'ensemble de l'année 2008, les investissements corporels sont restés à peu près stables par rapport à 2007 à 1,0 MEUR. Pour l'exercice en cours, le Groupe n'envisage pas d'accroissement significatif de ce budget.

A l'issue de l'exercice, l'ensemble des covenants bancaires liés à la dette se trouve largement respecté.

Perspectives 2009

L'année 2009 devrait se traduire à nouveau par un recul du marché de l'immobilier tant en termes de nombre de transactions que de prix des biens vendus. Il est envisageable que la profession immobilière continue à pâtir de ce contexte peu favorable.

La poursuite de l'activité des agents reste conditionnée à leur effort de communication externe et leur situation financière les pousse à s'orienter vers les supports médias présentant le meilleur rapport coût/efficacité. C'est pourquoi, ils accélèrent le transfert de leurs dépenses médias des imprimés papier vers Internet.

Fort d'une position d'opérateur numéro 1 sur le métier de l'immobilier sur Internet et d'un modèle économique fondé sur des revenus largement récurrents, le Groupe estime, sauf dégradation supplémentaire de la conjoncture, être en mesure de réaliser en 2009 un chiffre d'affaires compris entre 70 MEUR et 73 MEUR permettant de dégager un Ebitda entre 35 MEUR et 37 MEUR.

Pour clore cette présentation, Roland Tripard, directeur général, conclut :

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant