Sélection, frais d'inscription...Les universités épinglées par l'Unef

le
5
Sélection, frais d'inscription...Les universités épinglées par l'Unef
Sélection, frais d'inscription...Les universités épinglées par l'Unef

Le principal syndicat étudiant épingle ce lundi les dérives des universités dans son rapport annuel. Selon l'Unef, vingt-sept d'entre elles pratiqueraient une sélection illégale après le bac et vingt-quatre continueraient à imposer des frais d'inscription illégaux. Le ministère de l'Enseignement supérieur assure «examiner» ce rapport.

Parmi de nombreux points noirs, l'Unef dénonce une «nouvelle tendance» qui consiste à limiter de plus en plus le nombre de places disponibles dans les licences par un processus de sélection. Ce qui est «en totale contradiction avec la loi, qui stipule que la sélection d'un bachelier pour l'accès aux premiers cycles universitaires est prohibée», accuse le syndicat.

Sont notamment dans le viseur du syndicat les universités de Savoie (pour les licences de physique-chimie), Bordeaux I (mathématiques), Paris I et Paris X (droit franco-allemand), Bourgogne (Administration économique et sociale), Rouen, ou encore Marne-la-Vallée.

Palier le manque de moyens

Pour l'Unef, l'argument avancé par les universités concernées ne tient pas. Ces dernières jouent sur le fait que certaines formations spécialisées nécessitent des «pré-requis», par exemple en musique. Or une formation de licence «est censée être adaptée au niveau baccalauréat». Selon le syndicat, la véritable raison se trouve plutôt dans le budget accordé aux établissements: 16 universités prévoient d'être en déficit à la fin de l'année, selon l'Union nationale des étudiants de France. Certaines préfèreraient alors «réduire le nombre d'étudiants plutôt que d'affecter leurs moyens à l'embauche d'enseignants et au maintien de leurs capacités d'accueil», insiste l'Unef.

Conséquence désastreuse selon le syndicat, cette pratique pousse les étudiants «dans les bras du privé». 32,2% des bacheliers suivent des cours en faculté aujourd'hui contre 39,1% en 2005, alors que la progression des étudiants dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER le lundi 22 juil 2013 à 19:15

    UNEF : Utopie Nationale Etudiante de France

  • frk987 le lundi 22 juil 2013 à 18:03

    La formation ça se paye comme aux US, si c'est pour former des historiens de l'art, grosse spécialité gratuite des universités franchouillardes, c'est totalement inutile.100% de réussite au bac, 100% de réussite aux doctorats d'histoire-géo, science nat et autres co..ies , voilà le but de l'Unef.

  • dotcom1 le lundi 22 juil 2013 à 16:48

    Quand on a près de 100% d'admis au bac tout en ayant 20% de jeunes au chomedu, il faut bien faire la sélection et l'orientation quelque part... mais ce n'est visiblement pas arrivé au cerveau de l'Unef.

  • NYORKER le lundi 22 juil 2013 à 16:20

    Et l'Unef c'est le cancer des vrais étudiants, enfin ceux qui veulent bosser. Comme les mutuelles étudiantes , des parasites qui vivent aux crochets des étudiants et ne servent à rien.

  • NYORKER le lundi 22 juil 2013 à 16:17

    Les frais d'inscription dans les universités Française ne sont pas assez élevés.Quand on veut investir dans son avenir et de façon sérieuse il faut y mettre le prix.Ca permet aussi de ne pas passer son année d'étude tout le temps en grève pour n'importe quel pretexte car les sommes conséquentes engagées prennent tout de suite plus de valeurs.Allez voir à l'étranger et arrètez de gémir