Selah Sue : "À 12 ans, j'étais gardien de but, et même un très bon gardien"

le
0
Selah Sue : "À 12 ans, j'étais gardien de but, et même un très bon gardien"
Selah Sue : "À 12 ans, j'étais gardien de but, et même un très bon gardien"

Selah Sue, jeune chanteuse belge de 25 ans, manie un art délicat de la chanson pop fortement matinée d'un amour incongru pour la musique jamaïcaine. Elle revient défendre avec sa fausse fragilité et sa frimousse d'ange blond son nouvel album Reasons. Sa culture foot s'avère des plus ténues, mais comme souvent, on y apprend beaucoup sur la place incontournable du ballon rond en Belgique, un match ennuyeux contre le pays de Galles et même qu'elle a failli connaître Kompany.

Quel est ton rapport au foot ? Pas très consistant. Mon père est un dingue de foot, mon frère un peu moins, même s'il a longtemps joué, c'était un attaquant. Personnellement, je suis très peu l'actualité de ce sport. Je ne connais pas trop la valeur des équipes. Je me rappelle que mon père regardait tous les matchs à la télé, il savait tout à ce propos, le moindre détail. C'est pour lui que j'ai assisté pour la première fois à une rencontre dans un stade, un Belgique - Pays de Galles à Bruxelles, en novembre 2014, pour lequel j'avais récupéré des places. C'était à l'occasion de son soixantième anniversaire. Malheureusement, nous avons dû nous contenter d'un très triste 0-0.
Vous avez étudié la psychologie. Vous ne trouvez pas que le foot constitue un bon support pour décrypter les comportements de nos congénères ? Je le pense, en effet. C'est fou l'attitude que peuvent s'autoriser les gens, les fans qui deviennent extatiques. Pour moi, le foot s'avère au moins assez passionnant sous cet angle.
Un peu comme lors d'un festival, quand le public pète un câble ? Oui. C'est un peu aussi comme lorsque je suis sur scène, quand tu sens que les gens t'aiment vraiment. J'imagine que c'est identique pour les footballeurs quand ils sont sur le terrain et qu'ils gagnent.
Le phénomène doit être encore davantage marqué en Belgique ? Oui, c'est vrai. Le pays est vraiment divisé, comme vous devez le savoir. Apparemment, on ne parle que de séparer le royaume en deux. Cependant pour le foot, d'un coup, tout le monde se rassemble. C'est marrant à regarder un peu froidement. Personne ne semble vouloir partager plus longtemps un état commun, en revanche on veut bien garder la même équipe nationale. Et lors de la dernière Coupe du monde, ce mécanisme s'est révélé encore plus impressionnant, en terme d'unité. Vraiment amusant et très particulier. C'est quelque chose que j'aime en fait.
Ça t'a touché ? Durant ce Mondial, j'étais en pleine tournée. Un des matchs de la Belgique se déroulait pendant un de mes concerts. J'ai demandé au manager d'installer une télé à côté de la scène, après chaque chanson, je lui demandais si les Diables rouges avaient…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant