Seize civils afghans tués par des militaires américains

le
0
SEIZE CIVILS AFGHANS TUÉS PAR DES MILITAIRES AMÉRICAINS
SEIZE CIVILS AFGHANS TUÉS PAR DES MILITAIRES AMÉRICAINS

par Ahmad Nadem

KANDAHAR, Afghanistan/WASHINGTON (Reuters) - Seize civils, dont neuf enfants, ont été tués dimanche selon les autorités afghanes dans la province de Kandahar, dans le sud du pays, dans une fusillade imputée par des témoins à des militaires américains manifestement ivres.

Un ministre afghan a déclaré qu'un seul militaire avait ouvert le feu tandis qu'à Washington, un responsable américain a également dit qu'il semblait s'agir d'un acte isolé.

L'ambassade des Etats-Unis à Kaboul a fait savoir qu'un militaire américain avait été placé aux arrêts à la suite de cette fusillade, l'une des plus meurtrières depuis le début de l'intervention étrangère en Afghanistan en 2001.

Cet événement risque d'attiser la colère de la population afghane contre les Américains après la profanation d'exemplaires du Coran, brûlés sur la base américaine de Bagram, qui a soulevé en février une vague de manifestations et d'actes hostiles aux Etats-Unis en Afghanistan.

Le président afghan Hamid Karzaï a dénoncé des "meurtres délibérés" et a exigé des explications de la part des Etats-Unis. Ses services ont précisé que neuf enfants et trois femmes faisaient partie des victimes.

Dans un communiqué, le président américain Barack Obama s'est dit "profondément attristé" et a parlé d'un incident "tragique et consternant".

Interrogés par Reuters, des témoins disent avoir vu un groupe de militaires américains arriver vers 02h00 du matin dans leur village situé dans le district de Panjwayi. Ils ajoutent que les militaires sont entrés dans des maisons et ont ouvert le feu.

Le district de Panjwayi se trouve à environ 35 km à l'ouest de la ville de Kandahar. Il est considéré comme le berceau spirituel des taliban et un foyer d'activités rebelles.

Haji Samad affirme que onze de ses proches ont été tués dans une seule maison, dont ses enfants. Sur des photos, on peut voir des murs maculés de sang dans la pièce où les enfants auraient été tués.

"ILS TIRAIENT DANS TOUS LES SENS"

"Ils (les Américains) ont répandu des produits chimiques sur leurs cadavres et les ont brûlés", a dit cet homme, en pleurs, interrogé sur place par Reuters.

"J'ai constaté que les onze membres de ma famille avaient été tués, dont mes enfants et mes petits-enfants", a poursuivi Haji Samad, qui avait quitté la maison la veille.

Des voisins disent avoir été réveillés par le crépitement des tirs des militaires américains, qui, selon eux, étaient éméchés et riaient.

"Ils étaient tous ivres et ils tiraient dans tous les sens", a dit Agha Lala après avoir visité l'une des maisons où se serait produite cette fusillade. "Les corps étaient criblés de balles."

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a exprimé sa "profonde tristesse au sujet de l'incident survenu la nuit dernière et il suit de près les informations en provenance d'Afghanistan", a dit un responsable du Pentagone.

Les taliban ont quant à eux promis de venger ces morts.

L'ambassade américaine à Kaboul a annoncé qu'une enquête était en cours et que "l'individu ou les individus responsables de cet acte seraient identifiés et traduits en justice".

Le général John Allen, chef de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan, s'est dit "choqué et attristé" et il a promis lui aussi une enquête rapide.

Le ministre afghan des Frontières et des Affaires tribales, Asadullah Khalid, qui a ouvert sa propre enquête, a déclaré qu'un seul soldat était entré dans trois habitations, tuant onze personnes dans l'une d'entre elles.

Les victimes civiles en Afghanistan sont une source majeure de tension entre le gouvernement du président Hamid Karzaï et les forces étrangères déployées sous commandement de l'Otan, qui ont prévu de quitter le pays d'ici 2014.

Avec Amie Ferris-Rotman et Hamid Shalizi à Kaboul; Henri-Pierre André, Jean-Loup Fiévet, Bertrand Boucey et Marine Pennetier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant