Séisme en Iran: les rescapés fouillent les ruines au Pakistan voisin

le
0

Les rescapés du plus violent séisme en sol iranien en un demi-siècle, ayant fait au moins 41 morts principalement au Pakistan voisin, fouillaient mercredi les décombres de leurs maisons alors que les premiers secours commençaient à arriver.

La secousse évaluée à 7,8 par le Centre américain de géophysique (USGS), et ressentie jusqu'en Inde et dans les pays du Golfe, a fait un mort et des dizaines de blessés en Iran dans la province reculée du Sistan-Baloutchistan située à plus de 1.300 km de la capitale Téhéran.

Au Pakistan voisin, le séisme a fait "au moins 40 morts dont des femmes et des enfants", a dit à l'AFP Attiq Minhas, un porte-parole des paramilitaires pakistanais déployés dans la province pauvre limitrophe du Baloutchistan, où les autorités ont aussi dénombré plus de mille masures en briques de terre détruites.

Le Premier ministre intérimaire pakistanais, Hazar Khan Khoso, a demandé aux autorités du Baloutchistan de "porter secours aux personnes affligées par cette calamité", voire de les "évacuer".

Les paramilitaires ont été déployés à Mashkail, petite ville endeuillée située à seulement trois kilomètres de la frontière iranienne. L'arrivée des premiers secours a été retardée, car cette bourgade sans route pavée, sans électricité courante et aux infrastructures déficientes est située dans une région isolée.

Sur place, un journaliste de l'AFP a vu seulement trois tentes et des familles apeurées sous des arbres craignant de retourner chez elles. Une réplique du séisme mercredi matin, d'une magnitude de 5,7, a aussi usé les nerfs des rescapés dont certaines priaient pour leurs morts.

D'autres fouillaient les décombres avec des pelles, voire des couteaux, dans l'espoir de retrouver leurs biens, voire des proches.

"Nous ressentons souvent de secousses sismiques ici, mais celle d'hier était la pire de ma vie. J'avais l'impression qu'un bulldozer était à côté de chez moi", a dit sur place Abdil Ghaffour. "Toutes les maisons ici sont en boue sechée. Les murs se sont écroulés, il y avait de la poussière partout, je ne voyais rien, mais dieu merci ma famille et moi sommes sains et saufs", a-t-il ajouté.

"En quelques secondes, des maisons entières ont été rasées, c'était apocalyptique", s'est exclamé Abdul Bari, un tailleur de 32 ans qui a voyagé plus de cinq heures en taxi avec sa femme et ses enfants pour trouver refuge dans une autre ville.

Les paramilitaires pakistanais ont transporté à Mashkail une tonne de médicaments, deux camions de denrées alimentaires, a indiqué à l'AFP, le général de division Obaidullah Khattak. "Quelque 500 soldats sont arrivés sur place et 350 tentes vont arriver plus tard en soirée", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis offrent leur aide

Les Etats-Unis ont proposé leur aide au Pakistan et à l'Iran, malgré leurs relations tendues avec Téhéran, soupçonné de vouloir acquérir la bombe atomique.

"Nous nous tenons prêts à offrir toute assistance en ces temps difficiles", a déclaré le secrétaire d'Etat John Kerry.

Washington et Téhéran n'ont plus de relations diplomatiques depuis la révolution islamique de 1979. Leurs relations avaient connu un redoux en 2003 après le séisme de Bam qui avait fait 26.000 morts et à la suite duquel le président iranien Mohammad Khatami avait accepté l'aide américaine.

Mais depuis, l'Iran a rejeté toute aide venant des Etats-Unis.

Les Etats-Unis sont également engagés dans une diplomatie de soutien au Pakistan, et avaient temporairement redoré leur mauvaise image dans ce pays après le tremblement de terre de 2005 au Cachemire qui avait fait 73.000 morts.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lui aussi présenté ses condoléances et proposé l'aide de l'organisation "en cas de demande" des pays concernés.

Un responsable des services de santé en Iran a indiqué à l'agence Fars que plus de 20 villages étaient probablement "sévèrement endommagés" par le séisme dont l'épicentre est situé à 80 kilomètres de la ville de Khash, capitale de la province iranienne du Sistan-Baloutchistan.

La semaine dernière, un séisme de magnitude 6,1 avait frappé une zone rurale du sud-ouest de l'Iran faisant 37 morts et plus de 800 blessés. La secousse n'avait pas endommagé la centrale nucléaire de Bouchehr, la seule de ce pays, construite à une centaine de kilomètres au nord de l'épicentre, selon les autorités.

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a indiqué que le séisme de mardi n'avait pas causé de dégât à cette centrale ni aux autres installations nucléaires iraniennes. Située sur plusieurs failles sismiques importantes, l'Iran a connu de nombreux tremblements de terre dévastateurs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant