Séisme au Népal : une nouvelle avalanche fait au moins 250 disparus

le , mis à jour à 18:13
2
Séisme au Népal : une nouvelle avalanche fait au moins 250 disparus
Séisme au Népal : une nouvelle avalanche fait au moins 250 disparus

Alors que les secours s'activent depuis trois jours à Katmandou pour tenter de sauver les quelque 10 000 blessés du séisme qui a touché samedi le Népal, une nouvelle avalanche alourdit encore le bilan. Après les dix-huit morts dans un camp de base de l'Everest ce week-end, ce nouvel éboulement de neige près de l'épicentre du tremblement de terre ajoute 250 personnes à la liste des disparus. L'endroit, connu par les randonneurs, est très fréquenté par les étrangers.

«Une avalanche est survenue aujourd'hui (mardi) dans l'après-midi à Ghodatabela, une zone se situant sur le trek connu de Langtang (...) un parc naturel très fréquenté par les touristes», a expliqué le gouverneur de la région, Uddav Prasad Bhattarai. Et de préciser : «Il est difficile de donner leur nombre exact de disparus mais ils pourraient être 250 selon une première estimation.»

La météo complique les secours

«Nous tentons d'organiser les secours mais les fortes pluies et le mauvais temps compliquent notre travail», s'est-il également inquiété. Tout comme sur les lieux directement touchés par le séisme, la météo rend difficile le transport des blessés. Le bilan du tremblement de terre de magnitude 7,8 s'est encore alourdi ce mardi avec plus de 5 000 morts recensés.

Le séisme a déjà déclenché une série d'avalanches sur le Mont Everest, où dix-huit personnes ont trouvé la mort. Une vidéo publiée par un rescapé allemand, l'alpiniste Jost Kobusch, montre la rapidité et la violence à laquelle la neige a fondu sur les membres de l'expédition sur le toit du monde. «J'ai couru, couru, et la vague, semblable à un immeuble blanc de 50 étages, m'a aplati. J'ai essayé de me relever et elle m'a aplati à nouveau», raconte également George Foulsham, un spécialiste de biologie de Singapour.

VIDEO. L'avalanche de ce week-end sur le camp de base de l'Everest

Côté français, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4145072 le mardi 28 avr 2015 à 22:45

    Et de toute façon, comment peut-on faire du trecking quand des milliers de gens sont morts pas loin de là ????

  • M4145072 le mardi 28 avr 2015 à 22:43

    Il y a eu un tremblement de terre et tout le monde sait qu'il va y avoir des répliques. Et des gens partent en trecking là où il peut y avoir des avalanches. C'est du délire !