Séisme au Népal : les sinistrés fuient Katmandou en masse

le , mis à jour à 20:28
0
Séisme au Népal : les sinistrés fuient Katmandou en masse
Séisme au Népal : les sinistrés fuient Katmandou en masse

Des centaines de personnes tentaient lundi de fuir Katmandou, la capitale du Népal dévastée par le séisme qui a provoqué la mort de plus de 4.000 personnes dans ce pays. Des mères agrippant leurs enfants et des hommes portant de gros sacs tentaient de négocier une place avec les chauffeurs de cars pour quitter la ville.

Les craintes de maladies ont également émergé parmi les dizaines de milliers d'habitants ayant perdu leur logement et contraints de camper dans des parcs. «Il est important d'empêcher une nouvelle catastrophe en prenant des précautions pour éviter des épidémies parmi les survivants», a dit le porte-parole de l'armée, Arun Neupane, à des journalistes.

Eau potable et denrées de base manquent

Pour ceux qui restent «il y a tellement de peur et de confusion», constate Bijay Sreshth, en tentant d'écouter la radio dans l'espoir d'entendre un message du gouvernement. «Nous ne savons pas ce que nous allons devenir et le temps que nous allons passer ici», dit ce père de trois enfants, qui s'est réfugié avec eux, sa femme et sa mère dans un parc.

Les rescapés du tremblement de terre se ruent en masse sur les produits alimentaires et les stations-service pour faire des réserves, redoutant des pénuries. Ils ont besoin d'eau potable et de denrées de base tandis que les zones rurales attendent désespérément l'arrivée de secours, selon un responsable du gouvernement.

A Balaju, un quartier de la capitale, un père a eu la douleur de voir la police retirer le corps de sa fille des décombres de leur maison. «Elle était tout pour moi, elle n'a rien fait, elle ne devait pas mourir», dit Dayaram Mohat en s'effondrant sur le sol.

VIDEO. Népal : les secours français à la recherche de survivants

Le cauchemar des répliques

«C'est un cauchemar, pourquoi ces répliques ne cessent-elles pas ?» Comme Sanu Ranjitkar, une femme de 70 ans agrippée à son chien, des dizaines de milliers de Népalais effrayés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant