Ségolène Royal veut des synergies entre Areva, EDF et le CEA

le
0
SÉGOLÈNE ROYAL VEUT DES SYNERGIES ENTRE AREVA, EDF ET LE CEA
SÉGOLÈNE ROYAL VEUT DES SYNERGIES ENTRE AREVA, EDF ET LE CEA

PARIS (Reuters) - L'avenir d'Areva, qui a fait état d'une perte de près de cinq milliards d'euros en 2014, passe par des synergies avec EDF et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), a déclaré lundi la ministre de l'Energie Ségolène Royal.

"Ma préoccupation en tant que ministre chargée de l'Energie c'est de constituer une filière forte du nucléaire en créant des synergies et cela, c'est très nouveau, entre EDF, Areva et le Commissariat à l'énergie atomique", a déclaré à la presse Ségolène Royal.

"Les entreprises du secteur de l'énergie doivent s'organiser pour se reconcentrer sur leur coeur de métier, pour nouer des alliances entre grandes entreprises françaises et pour redevenir puissantes à l'échelle internationale, pour gagner les appels d'offre internationaux dans le domaine de l'énergie qui sont en train de monter fortement en puissance", a expliqué la ministre.

L'arrivée de nouvelles équipes dirigeantes au sein de ces trois entreprises devrait selon elle faciliter les choses.

"Il y a de nouveaux dirigeants sur ces trois entreprises, qui arrivent avec un regard neuf sans préjugés, trop longtemps ces entreprises parfois ont été en conflit les unes avec les autres, ce temps est terminé", a dit Ségolène Royal en référence aux conflits qui ont opposé les anciens patrons d'EDF et Areva, Henri Proglio et Anne Lauvergeon.

Areva, EDF et le CEA doivent à présent "faire des propositions à l'Etat actionnaire de stratégie industrielle", a dit la ministre, qui a précisé que d'éventuels nouveaux liens capitalistiques découleraient de la stratégie industrielle.

"La stratégie financière (...) accompagne une stratégie industrielle, ce qui est clair c'est qu'il n'y a pas de stratégie financière toute seule", a-t-elle estimé.

Areva a fait état lundi d'une perte nette approchant les cinq milliards d'euros pour 2014, plombée par des pertes de valeurs et plusieurs provisions, ce qui pousse les investisseurs à s'interroger sur une éventuelle augmentation de capital.

"La situation est difficile, je n'irai pas le cacher", a concédé la ministre qui était à l'Elysée pour recevoir un rapport sur la constitution de réseaux de l'énergie en Europe.

Interrogée sur la possibilité d'une augmentation de capital pour reconstituer les fonds propres d'Areva, la ministre a dit qu'il était "trop tôt" pour répondre à cette question mais que "toutes les solutions sont en train d'être regardées".

"Je le répète, ce qui sera fait sur le plan financier sera forcément accompagné d'une stratégie industrielle", a-t-elle conclu.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant