Ségolène Royal se défend de favoriser le diesel dans l'UE

le
6
La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal, lors de l'ouverture de la COP22 à Marrakech le 7 novembre 2016 ( AFP/Archives / FADEL SENNA )
La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal, lors de l'ouverture de la COP22 à Marrakech le 7 novembre 2016 ( AFP/Archives / FADEL SENNA )

La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal s'est défendue jeudi de favoriser les moteurs diesel dans la législation européenne, devant une commission d'enquête du Parlement européen sur les mesures d'émissions de gaz polluants à Strasbourg.

Plusieurs eurodéputés ont mis en cause le vote de la France lors d'un comité technique réunissant à Bruxelles des experts des États membres fin 2015, quelques semaines seulement après le scandale des moteurs truqués de Volkswagen.

Paris avait alors soutenu des règles plus lâches pour les nouvelles limitations d'émissions de gaz polluants lors de la mise en place de tests en condition réelle de conduite.

"Les fonctionnaires français sont intervenus sans instructions de la ministre qui est devant vous", a répondu Mme Royal, qui soutient l'existence de marges de tolérance par rapport aux limites d'émissions fixées pour les tests en laboratoire "uniquement liées aux incertitudes techniques".

"C'est pour ça que j'ai demandé que ça remonte au niveau des ministres. Il faut que (cette commission d'enquête) voie quels types de décisions remontent au niveau ministériel et quelles décisions restent au niveau technique", a-t-elle ajouté.

Lors d'une passe d'armes avec le député centriste Dominique Riquet, la ministre a suggéré que les représentants français au comité technique avaient "peut-être" suivi des instructions "d'autres ministres", "en tout cas pas celles de la ministre de l'Environnement".

"Madame Royal se défausse une fois de plus sur son administration. Cela confirme une fois de plus la négligence de la France dans des négociations pourtant très politiques sur la qualité de l'air", a observé de son côté, dans un communiqué à l'issue de l'audition, la députée des Verts Karima Delli.

La ministre a par ailleurs annoncé que les résultats des tests supplémentaires commandés en France sur sept véhicules dépassant les normes pour décortiquer les logiciels des moteurs seront disponibles en décembre.

Après une première vague de contrôle lancée dans le sillage du scandale Volkswagen, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a transmis à la justice française début novembre les conclusions de son enquête sur le constructeur Renault.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • byscotte il y a une semaine

    vivement que tous ces visages disparaissent de la vie politique française !

  • M7361806 il y a 2 semaines

    Elle doit avoir des relations partout pour tout savoir !

  • M898407 il y a 2 semaines

    Comme d'habitude, elle dit n'importe quoi sur des sujets qu'elle n'a même pas travaillé, contrairement à ce qu'elle passe son temps à faire croire...

  • M8587219 il y a 2 semaines

    C'était tellement plus facile de taper sur les Allemands, tricheurs...Décidément, notre prin cesse est et restera toujours à côté de la plaque

  • 5701726 il y a 2 semaines

    Plus, exact , ces camions étrangers. Les Suisses mettent tout sur des trains et font payer un maximum de péages....Moins de pollution, plus de recettes (certes investissements lourds, mais les gens suivent , nationaux et business étranger. Confiance , sérieux, image, travail... (meme si une part est imaginée et pas réelle !)

  • g1fusee il y a 2 semaines

    La pollueuse qui laisse en + des milliers de camions étrangers sillonner nos routes.