Ségolène Royal : les gaz de schiste, non merci !

le
0

La réponse a claqué sur Twitter : Ségolène Royal a répliqué sèchement à un article du Figaro de mardi faisant état d'un rapport de 2014 favorable à une exploitation des gaz de schiste par une méthode alternative à la fracturation hydraulique. "Réponse au Figaro : rien à cacher. Les gaz de schiste ne sont plus d'actualité", a répondu la ministre de l'Environnement dans un tweet posté lundi soir, alors que le quotidien estime que "la gestion politique du dossier, paralysée par le veto absolu opposé par les Verts et le ministère de l'Écologie, comme la prudence de l'Élysée et de Matignon, a tout simplement enterré" le rapport. Puis dans la foulée, un autre tweet, comme pour enfoncer le clou, appelle à développer la géothermie : Mardi matin, la ministre a accepté de répondre aux questions de l'AFP : "Le rapport sur les gaz de schiste reconnaît que la fracturation hydraulique est condamnable au plan environnemental" et l'alternative proposée "n'apporte pas de solution: c'est une technologie qui n'est pas mature et sans retour d'expérience".Selon Le Figaro, le rapport en question, commandé par Arnaud Montebourg, alors ministre de l'Économie et favorable à l'exploration de ces hydrocarbures non conventionnels, estime que l'utilisation d'un gaz (fluoropropane) serait une alternative à la fracturation hydraulique, technique interdite en France par la loi Jacob de 2011. Ce gaz, beaucoup plus stable que le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant