Ségolène Royal fait sa rentrée politique à l'Elysée

le
3
SÉGOLÈNE ROYAL À L'ÉLYSÉE
SÉGOLÈNE ROYAL À L'ÉLYSÉE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a fait mercredi une rentrée politique remarquée à l'Elysée, où l'ancienne candidate malheureuse à la présidentielle de 2007 a marqué de sa présence médiatique une réunion de présidents de région aux côtés de François Hollande.

Longuement interrogée par la presse à son arrivée et à sa sortie de la présidence, l'ancienne compagne du chef de l'Etat a dit son "plaisir" d'être là, trois mois après son échec aux élections législatives en Charente-Maritime.

A la question de savoir si on pouvait considérer cette journée comme sa "rentrée", la présidente de la région Poitou-Charentes a répondu : "On peut dire ça, même si je n'ai quitté ni la scène nationale, ni mes responsabilités politiques à la tête de la région, parce que c'est là qu'on se bat".

Après son échec dans la course à l'Assemblée nationale, qu'elle espérait présider, Ségolène Royal a fait une pause.

Elle était absente des universités d'été de La Rochelle, fin août, date à laquelle elle s'est rendue en Afrique du Sud en tant que vice-présidente de l'internationale socialiste.

Tout sourire, en veste rouge, Ségolène Royal, est arrivée en même temps que la plupart des autres présidents des 27 régions de France à l'Elysée, au moment où s'achevait le conseil des ministres.

"Il est évident que si nous unissons nos forces entre l'Etat et les territoires, et les régions en particulier, on va être plus efficaces ensemble, plus forts ensemble sur le chômage, la formation des jeunes, la mutation écologique", a-t-elle ajouté à propos de la réunion, qui s'est tenue en présence de François Hollande et du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Durant les débats qui ont duré environ trois heures, Ségolène Royal était assise en face de François Hollande, le père de ses quatre enfants, avec qui elle "bien sûr", dialogué.

"On a parlé du chômage, de l'emploi, de l'efficacité des politiques, il a dit la nécessité d'aller vite, d'être efficace, cohérent", a-t-elle rapporté. "C'était très politique".

"MON AVENIR, C'EST MON PRÉSENT"

Interrogée sur ses intentions, celle a été successivement battue à l'élection présidentielle de 2007, au poste de premier secrétaire du PS un an plus tard, à la primaire socialiste de 2011 puis aux élections législatives en juin dernier a répondu : "Ce n'est un secret pour personne, j'ai rencontré des épreuves".

"Mon avenir c'est mon présent", a-t-elle ajouté, affirmant être toujours "pleine d'énergie".

"Je suis quelqu'un de très consciencieux. J'ai toujours cherché à très bien remplir les fonctions qui étaient les miennes", a-t-elle insisté.

Le parcours de Ségolène Royal fait cette rentrée l'objet de plusieurs livres évoquant le trio formé avec François Hollande et la nouvelle compagne de ce dernier, la journaliste Valérie Trierweiler.

Invité à commenter le retour de Ségolène Royal sur le devant de la scène politique, Paul Giacobbi, président de la Corse, a invité la presse à "sortir de l'anecdote".

"Quel intérêt cela a de se poser des questions d'ordre privé ?", a-t-il dit. "Chacun a son histoire singulière."

Jean-Paul Huchon, patron de la région Ile-de-France, a lui aussi botté en touche.

"Moi je ne m'occupe pas de ces questions-là, je ne suis pas chroniqueur de Closer !", a-t-il lancé, citant l'un des titres de la presse "people".

"C'est parfaitement professionnel ce qui s'est passé là, vous n'allez pas en faire une saga. On n'est pas dans les secrets des princes avec Stéphane Bern !", a-t-il ajouté en référence à un animateur spécialiste des têtes couronnées.

Jean-Paul Huchon s'est avant tout dit "content que Ségolène revienne à la région".

"Elle nous apporte de la notoriété, de la force", a-t-il fait valoir. "Tout va bien. Avec François Hollande, ça va très bien !"

Avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mercredi 12 sept 2012 à 19:40

    Elle a fait la bise au Président pour faire enrager la clandestine de l'Elysée.

  • M1531771 le mercredi 12 sept 2012 à 18:21

    Beurk !

  • M6827458 le mercredi 12 sept 2012 à 17:58

    ce nest pas elle qui va craquer! c est l autre!!