Sécurité sociale : le déficit moins important que prévu en 2015

le
3
Sécurité sociale : le déficit moins important que prévu en 2015
Sécurité sociale : le déficit moins important que prévu en 2015

Même s'il reste abyssal, le trou du régime général de la Sécurité sociale s'est sensiblement réduit en 2015 : 7 milliards d'euros alors qu'il était attendu aux alentours de 9 milliards. Selon Les Echos, la ministre de la santé Marsol Touraine va, en annonçant ces chiffres, ce mardi, pouvoir se féliciter de cette performance. D'autant qu'en incluant le fonds de solidarité vieillesse (FSV), les comptes s'améliorent d'environ de deux milliards d'euros par rapport à 2014 avec une perte de 13,2 milliards d'euros. Plusieurs facteurs expliquent cette performance.

Des créations d'emploi. Si le chômage reste à environ 10% de la population active, la France a, en 2015, pour la première fois depuis trois ans, créé des emplois (plus de 82 000 dans le secteur marchands) avec la légère reprise de l'économie. Dans ces conditions, les revenus d'activité et les cotisations sont repartis à la hausse.

Le médicament principal outil de contrôle des comptes de la Sécu. Cela ne fait pas plaisir aux industriels, mais le médicament reste l'un des principaux levier pour faire baisser les dépenses de la Sécu. D'ailleurs, le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2016 va encore accentuer cet effort. Il ambitionne 550 millions d'euros de baisse du prix des médicaments. Et le législateur a prévenu : si cette baisse n'est pas respectée, les revenus des industriels dépassant le seuil permis seront taxés. L'idée est de limiter l'inflation des prix du médicament alors que la vieillissement de la population française fait mécaniquement augmenter les dépenses.

Sur les quatre ou cinq dernière années, le médicament a supporté à lui seul près de 50% des efforts pour contrôler la hausse des dépenses de santé. Cependant, les professionnels ont tiré la sonnette d'alarme. Les nouvelles générations de médicaments issus des biotechnologies, s'ils prouvent leur efficacité, coûtent aussi beaucoup plus chers. Par exemple, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gbirothe il y a 9 mois

    a 15.5% de CSG en progression de 1500% en 20 ans!!! heureusement et il reste encore 7Mds€ de déficite, il serait grand temps reduire de maniere importante le salaire des professionels de santé pour réduire la CSG et redonner ainsi du pouvoir d'achat aux menages

  • lepidop il y a 9 mois

    Et n'oublions pas que le déficit de la Sécu c'est le bénéfice des labos.

  • cletell3 il y a 9 mois

    les ménages qui dépensent plus qu'ils ne gagnent sont rapidement interdits bancaires et en surendetement par la suite la classe politique doit en prendre note