Sécurité sociale : la baisse des dépense, «absolue priorité» pour Migaud

le
16
Sécurité sociale : la baisse des dépense, «absolue priorité» pour Migaud
Sécurité sociale : la baisse des dépense, «absolue priorité» pour Migaud

Encore un avertissement qui doit mal sonner aux oreilles du président et des membres du gouvernement. Et il vient d'un ancien député PS, Didier Migaud, aujourd'hui Premier président de la Cour des comptes, la juridiction indépendante chargée «de s'assurer du bon emploi de l'argent public». Lors de l'audience de rentrée de la Cour, ce jeudi, Didier Migaud s'est alarmé des dépenses des régimes de Sécurité sociale.

La dette sociale, «une profonde anomalie». «La Cour estime que l'effort doit porter en absolue priorité sur les régimes de Sécurité sociale car la persistance anormale de déficits structurels depuis plus de vingt ans singularise notre pays par rapport à ses voisins», a déclaré Didier Migaud. Il a demandé au gouvernement «des efforts énergiques pour infléchir encore davantage l'évolution des dépenses, tout particulièrement de santé». Pour lui, «la dette sociale qui s'est accumulée est une profonde anomalie». L'ancien député socialiste a abondé dans le sens du président François Hollande qui avait assuré le 31 décembre, lors de ses v?ux télévisés, que la Sécurité sociale «doit en terminer avec les excès ? nous les connaissons ? et les abus».

Des efforts insuffisants. Le niveau atteint par la dette publique (Etat, collectivités, Sécurité sociale) «place notre pays dans une zone dangereuse, les efforts jusqu'ici engagés ne suffisent pas à nous en dégager», a déclaré l'ancien président PS de la commission des Finances de l'Assemblée nationale. La dette publique a progressé de 220 Mds? entre fin 2010 et fin 2013, a rappelé Didier Migaud. Elle doit atteindre 93,4% de la richesse nationale fin décembre et croître encore à 95,1% en 2014 avant de refluer, selon les prévisions du gouvernement.

40 ans de déficits à rattraper. «Ce constat, décevant et préoccupant, n'est pas en soi surprenant : on n'efface pas en trois ans et dans une conjoncture économique déprimée, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le vendredi 10 jan 2014 à 17:00

    Sécurité sociale gérer par le privé = 30% de cotisations

  • gl060670 le vendredi 10 jan 2014 à 08:40

    45,6 + 57,5 + 16,5 = 119,6% de fraude

  • SuRaCtA le vendredi 10 jan 2014 à 08:34

    Migaud a totalement raison, mais le pouvoir politique obéit à d'autres règles que l'intérêt générale... L'intérêt personnel des élus, avec toujours une vue court termiste (la prochaine élection...)

  • noterb1 le vendredi 10 jan 2014 à 08:26

    Hollande connait les abus ? il l'a déclaré . Il a sans doute aussi entendu parler de la fraude : Fraude hopitaux cliniques 57.5 % , Fraude professionnels de santé libéraux 45.6 %, Frande assurés :16.5 % (source RTL.fr 31.10.2013 ) ...sans commentaire .

  • noterb1 le vendredi 10 jan 2014 à 08:17

    je suis mort de rire ! la dette ? c'est très mauvais ! tout le monde le sait donc il faut privatiser ! miam miam ! le dette US qui explose ? pas de problème , tout va bien . La dette française qui explose ? intolérable . L'économie a de ces mystères !

  • blbryvsg le vendredi 10 jan 2014 à 06:13

    Les 3 maux de la sécu : l'illusion de la gratuité des soins ... rétablissons le paiement de l'acte avec remboursement différé ; l'AME : 800 millions en 2013, plus de 6 milliards depuis son instauration ; les allocations diverses et variées indues ... dans mon entourage, une flopée de nanas qui se déclarent "parent isolé" alors qu'elles vivent en concubinage.

  • b.renie le vendredi 10 jan 2014 à 05:26

    L'erreur de fond générant l'accroissement du déficit de la Sécurité Sociale est le tiers payant car ce qui n'a pas de prix n'a pas de valeur donc est gaspillé. Il faut rétablir un vrai ticket modérateur. La santé a plus qu'un prix et la dépense pour la préserver dans LE BUDGET DE LA FAMILLE est un responsabilité parentale. Quant au déficit du budget de l'Etat. C'es lui qu'il faut repenser totalement en réformant l'organisation politico/administrative du pays

  • slivo le jeudi 9 jan 2014 à 23:43

    un jour il va découvrir que la Terre est ronde... Mais je ne me fais pas de soucis pour ses fins de mois et sa retraite ou encore sa prise en charge personnelle sur le plan santé !

  • D401650 le jeudi 9 jan 2014 à 23:10

    Tout ca va mal finir :vous connaissez le principe un âne on le charge tant qu'il sais se déplacer et porter sur son dos !

  • badaro le jeudi 9 jan 2014 à 19:17

    Obligé d'aller chez un generaliste (un intermédiaire)pour pouvoir acheter les médicaments dont j'ai besoin pour me soigner, à l'heure d'internet on sait tres bien ce dont on a besoin. Pour les cas grave il reste les spécialistes.......