Sécurité routière : raccrochez, vous êtes filmé

le , mis à jour à 08:44
3
Sécurité routière : raccrochez, vous êtes filmé
Sécurité routière : raccrochez, vous êtes filmé

Fini les supplications à un agent qui a déjà commencé à remplir son procès-verbal. L'œil implacable des caméras va en effet permettre de constater davantage d'infractions au Code de la route. C'est l'objet d'un autre article de la loi votée ce mercredi, qui va faire grincer des dents de bien des automobilistes.

 

Contrairement aux radars, la vidéosurveillance ne signifie pas contrôle automatisé : il y a toujours des policiers « derrière le poste » qui zooment à distance sur la plaque des véhicules mal garés ou en train de griller un stop. Le conducteur reçoit quelques jours plus tard l'amende chez lui.

 

Pour l'instant, cette verbalisation par vidéo a un champ limité. Les municipalités ciblent surtout le stationnement gênant mais aussi les feux rouges ou les stops grillés. Les voitures garées en double file, véritable sport national, sont particulièrement traquées par les agents.

 

L'outil est très à la mode. Nice ou Cagnes-sur-Mer, qui figuraient parmi les pionnières dans ce domaine, ont été rattrapées par une foule d'autres villes comme Béziers, Marseille, Belfort, Évry ou Paris. Dans la capitale, environ 2 500 PV dressés par vidéo pleuvent chaque mois. Ils visent surtout les chauffards stationnés dans les couloirs de bus.

 

>> A LIRE.  On pourra bientôt perdre des points avec une voiture de société

 

Demain, quelles seront les nouvelles infractions relevées grâce aux caméras ? « C'est tout le problème. Avec la proposition de loi de modernisation de la justice du XXIe siècle, on demande aux députés de signer un chèque en blanc qui donnera tout pouvoir à l'administration pour lister en secret les infractions concernées », s'énerve Rémy Josseaume, avocat spécialisé en droit automobile.

 

A la tête de l'administration en question, Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, précise les infractions visées : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    La majorité des stops sont placés à des intersections où il y a 3 m de visibilité à droite comme à gauche, alors...s'arrêter ou pas, c'est pile ou face. A croire que des feux à déclenchement lorsqu'il y a une bagnole qui arrive est trop simple.

  • M1903733 il y a un mois

    Autour de chez moi les stops sont grillés des centaines de fois chaque jour alors ne pleurnichez pas les contrevenants.

  • pversaul il y a un mois

    Il y a tellement d'incivilités commises que ça me semble même tout à fait logique.