Sécurité routière : Fillon persiste et signe

le
0
Pour le premier ministre, il n'y a «pas de débat possible» sur les limitations de vitesse. Les Français sont invités à faire «de nouveaux efforts» pour améliorer la sécurité sur les routes.

Boum. Le choc est terrible. Lancée à 56 km/heure, la voiture vient de percuter le mur de plein fouet. Le capot est éventré ; la vitre, explosée. Une fumée âcre sort du véhicule. À l'avant, les deux passagers sont encastrés entre le dossier de leur siège et leur airbag. À l'arrière, le siège de bébé a pivoté sur lui-même, mais l'enfant, grâce à la ceinture de sécurité, n'a pas été éjecté.

Le premier ministre François Fillon, la ministre et maire de Longjumeau, Nathalie Kosciusko-Morizet, ainsi que le sénateur de l'Essonne, Serge Dassault, également propriétaire du Figaro, ont assisté vendredi à la scène, médusés. Les passagers du véhicule sont des mannequins ; et l'accident, un crash test organisé par l'Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle (Utac), à son siège de Linas-Montlhéry, dans l'Essonne.

«Il ne faut pas être hypocrite»

Chahuté mardi dernier par une partie des députés UMP, furieux des nouvelles mesures prises

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant