Sécurité renforcée après les violences, l'UEFA menace

le
0
RENFORCEMENT DES MESURES DE SÉCURITÉ APRÈS LES VIOLENCES DE SUPPORTERS
RENFORCEMENT DES MESURES DE SÉCURITÉ APRÈS LES VIOLENCES DE SUPPORTERS

PARIS (Reuters) - Les autorités françaises ont annoncé dimanche de nouvelles mesures de sécurité à la suite des affrontements entre supporters qui ont entaché le lancement de l'Euro de football, notamment des restrictions sur les ventes d'alcool et la circulation des auteurs de violences.

L'UEFA, appuyée par la France, a menacé d'exclure l'Angleterre et la Russie de la compétition si leurs supporters respectifs, à l'origine des heurts de Marseille samedi, ne se comportaient pas à l'avenir "de façon responsable et respectueuse".

Les violents affrontements qui ont précédé samedi sur le Vieux-Port le match Angleterre-Russie ont fait 35 blessés, dont quatre graves. Trois policiers ont été légèrement blessés.

Un Britannique d'une cinquantaine d'années, en état d'urgence absolue après un arrêt cardiaque consécutif à des coups, a été hospitalisé samedi. Son état s'est stabilisé, a déclaré dimanche Laurent Nunez, préfet de police des Bouches-du-Rhône.

Dix personnes de diverses nationalités, en majorité des Britanniques, ont été arrêtées, a-t-on appris de source policière. Elles devraient être jugées lundi en comparution immédiate.

Des heurts ont également éclaté samedi soir à Nice, où une bagarre entre un groupe de locaux et des supporters nord-irlandais et polonais a fait neuf blessés à la veille de Pologne-Irlande du Nord, selon la préfecture des Alpes-Maritimes. Trois personnes ont été interpellées. [nL8N194092]

Des incidents "sans commune mesure" avec ceux du Sud-Est se sont produits dimanche à Paris près du Parc des Princes, où se déroulait Turquie-Croatie, et sur la "fan zone" du Champ de Mars. La police a procédé à 15 interpellations, a indiqué la préfecture. Dans le centre de Lille, avant la rencontre Allemagne-Ukraine, une bagarre a brièvement opposé une trentaine de supporters allemands et ukrainiens. Aucun interpellation n'a eu lieu, a-t-on appris auprès de la police.

"AUCUNE COMPLAISANCE"

Evoquant les trois jours d'incidents à Marseille, le ministre français de l'Intérieur a dénoncé des incidents "inacceptables" provoqués par "des hordes alcoolisées".

Ce sont environ 600 supporters russes et anglais "très déterminés" qui se sont affrontés dans le centre-ville samedi. Quelque 1.200 policiers et gendarmes sont déployés à Marseille.

"Ces groupes violents prennent le sport pour prétexte. Ils ne doivent faire l'objet d'aucune complaisance de la part des fédérations et des instances sportives", a dit Bernard Cazeneuve lors d'une déclaration à la presse.

"Il est absolument nécessaire que les fédérations nationales de pays dont les supporters créent des incidents de cette nature soient pénalisées à la hauteur des troubles qu'ils engendrent dans les stades, certes, mais aussi à l'extérieur des stades."

Le ministre a défendu l'action des forces de l'ordre alors que s'amorce en France un débat sur la préparation et la réactivité des policiers sous le régime de l'état d'urgence et dans un contexte de mouvements sociaux.

"Nous devons pouvoir accueillir une compétition de football dans notre pays et ailleurs en Europe sans (...) transformer nos villes en camps retranchés", a-t-il poursuivi, en exhortant les partenaires européens de la France à faire évoluer leur réglementation contre le hooliganisme.

L'UEFA a annoncé dimanche l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre la Fédération russe de football pour des incidents survenus la veille au soir dans l'enceinte du stade Vélodrome après le match Angleterre-Russie (1-1).

L'instance européenne de football, qui gère la compétition mais n'a pas autorité sur les incidents en marge des rencontres, du ressort des autorités françaises, reproche aux supporters russes d'avoir attaqué des supporters anglais, d'avoir entonné des chants racistes et d'avoir lancé des fumigènes.

L'UEFA se réunit mardi pour décider d'éventuelles sanctions.

INTERDICTION DES BOISSONS ALCOOLISÉES

En amont de l'Euro, le ministère français de l'Intérieur avait prononcé 3.000 interdictions d'entrées sur le territoire. Le gouvernement britannique a de son côté retenu les passeports de 3.000 "hooligans" pendant la durée de la compétition.

"Ceux qui se sont livrés à ces violences ne sont pas des individus qui sont connus des services de renseignement et de police", a précisé dimanche Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Bernard Cazeneuve a annoncé de nouvelles mesures préventives, notamment concernant l'alcool dont des élus de gauche et droite réclament l'interdiction dans les villes-hôtes.

Le ministre a demandé aux préfets concernés de "prendre toutes les mesures utiles" pour interdire la vente et la consommation de boissons alcoolisées la veille et les jours des matches.

Par ailleurs, tout supporter interpellé par les forces de l'ordre pour son implication dans des incidents "pourra se voir notifier une interdiction de paraître" dans les villes-hôtes. [nL8N1940L2]

Des arrêtés de reconduite à la frontière ou des obligations de quitter le territoire français peuvent déjà être prononcés contre des supporters étrangers "dont le comportement trouble l'ordre public".

"Nous nous adaptons en permanence, en fonction des menaces que nous anticipons", a dit Bernard Cazeneuve.

Des "spotters" étrangers, spécialistes du hooliganisme chargés de repérer d'éventuels fauteurs de troubles, assistent les policiers français avant chaque rencontre "à risque".

Le deuxième match de l'équipe de France, contre l'Albanie, se déroulera mercredi soir à Marseille. La Russie joue mercredi à Lille contre la Slovaquie, et l'Angleterre jeudi prochain à Lens contre le Pays-de-Galles.

"On va tirer les enseignements de ce qui s'est passé, mais je ne veux pas qu'on puisse dire que le dispositif n'était pas adapté", a dit à des journalistes Laurent Nunez.

(Avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, Matthias Galante à Nice, Pierre Savary à Lille et Patrick Vignal à Paris, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant