Sécurité numérique: Gemalto acquiert l'américain SafeNet

le
0
Sécurité numérique: Gemalto acquiert l'américain SafeNet
Sécurité numérique: Gemalto acquiert l'américain SafeNet

Le spécialiste français de la sécurité numérique Gemalto a décidé d'étendre son empreinte sur ce marché d'avenir, alors que se multiplient les attaques contre banques et commerçants en ligne, en rachetant un autre leader du secteur, l'Américain Safenet.L'acquisition de SafeNet, pour un montant de 890 millions de dollars (666 millions d'euros), devrait être bouclée au quatrième trimestre 2014, une fois reçu l'agrément de l'autorité de la conccurence, a assuré vendredi Gemalto."Gemalto et SafeNet sont complémentaires car la protection des services digitaux repose sur deux piliers de confiance", représentés par les deux entreprise, a déclaré Olivier Piou, le directeur général de Gemalto, lors d'une conférence téléphonique.SafeNet est spécialiste de l'encodage des données des datacenters et la sécurité des systèmes informatique du côté des entreprises, tandis que Gemalto maîtrise les clés d'authentification et la sécurisation de l'accès aux appareils portables du côté des clients, a-t-il expliqué. Du fait de la croissance et des synergies découlant de cette acquisition, dans la recherche et ne développement notamment, Gemalto prévoit désormais de dépasser "d'environ 10%" son objectif de résultat des activités opérationnelles pour 2017, jusque-là fixé à 600 millions d'euros, a précisé l'entreprise.Le marché a salué cette annonce et le titre du groupe prenait 5,66% à 73,15 euros vers 16H00 (14H00 GMT) à la Bourse de Paris, dans un marché en baisse de 0,32%.L'acquisition de SafeNet "fait sens du point de vue stratégique", relèvent les analystes de la banque britannique Barclays.Il s'agit d'une "acquisition de taille moyenne" qui permet à Gemalto de se renforcer dans le domaine des cartes de paiements et des téléphones mobiles, tout comme dans les données d'entreprises et les services en ligne, ajoutent-ils."Les catalyseurs sont forts à moyen et long terme", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant