Sécurité nucléaire : un ingénieur musulman privé de son autorisation d'accès aux sites

le
12
Sécurité nucléaire : un ingénieur musulman privé de son autorisation d'accès aux sites
Sécurité nucléaire : un ingénieur musulman privé de son autorisation d'accès aux sites

«On soupçonne que c'est sa religion qui a posé problème». Pour l'avocat du Collectif contre l'islamophobie, Maître Sefen Guez Guez, c'est parce qu'il est musulman que son client, un ingénieur employé par un sous-traitant d'EDF, s'est vu interdire l'accès à une des centrales nucléaires dans laquelle il intervenait. «Il est inconnu des services de police, n'a pas de casier judiciaire», a précisé l'avocat.

Depuis que cet ingénieur, embauché en 2012 par un sous-traitant d'EDF, a reçu un avis défavorable de la préfecture de l'Aube concernant son autorisation d'accès à la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube), en mars 2014, une bataille judiciaire est en marche. L'ingénieur avait obtenu une autorisation d'accès aux sites nucléaires en 2012 et 2013, pour les besoins de son activité professionnelle.  

«Un doute sérieux sur la légalité de la décision»

Le problème est que l'avis de la préfecture de l'Aube ne comprend aucune motivation, parce que le dossier est couvert par le secret-défense. Le cabinet du préfet s'est défendu de toute discrimination envers l'ingénieur : «Il va de soi que le préfet n'a pas émis un avis défavorable en fonction de critères de religion ou de race. On juge sur des éléments liés à la sécurité». 

En juin, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Marne) avait toutefois estimé qu'il y avait «un doute sérieux sur la légalité de la décision» puisque «ni EDF, ni le préfet de l'Aube n'ont précisé quelles caractéristiques justifiaient l'interdiction d'accès». Le juge avait alors suspendu l'interdiction et l'ingénieur avait pu rentrer dans quelques centrales, selon son avocat. Mais en juillet EDF lui a de nouveau refusé l'accès à un site en s'appuyant sur le même avis.

«Un serpent qui se mord la queue»

L'employé a introduit un nouveau référé-suspension, qui sera examiné le lundi 18 août à 11 heures par le tribunal administratif de Châlons. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le jeudi 14 aout 2014 à 17:11

    Donner des armes au PKK..un des partis terroristes reconnus avec le "stalinien kurde"en taule en Turquie

  • M4358281 le jeudi 14 aout 2014 à 17:09

    Manquerait plus que cela

  • M9244933 le jeudi 14 aout 2014 à 17:06

    Tant que les barbares extrémistes de la religion musulmane font leur triste besogne, et que des musulmans apparemment sans histoires s'avèrent des bombes potentielles comme au 11 septembre, les musulmans pacifiques seront forcément l'objet de suspicion et exclus de postes sensibles. Comment faire autrement si on est chargé d'assurer la sécurité?

  • f.fluidi le jeudi 14 aout 2014 à 16:52

    Et la petite Leonarda elle en pense quoi de tout ça ? Vite Hollande (alias Flanby 1er) tu dois intervenir au JT de ce soir c important et ça tu sais faire au moins dans ce domaine.

  • tropfort le jeudi 14 aout 2014 à 16:39

    Y aurait pas une assoc financée par l'état pour crier au scandale ? On parlerai moins du carnage économique de la France ...

  • M4426670 le jeudi 14 aout 2014 à 16:31

    La "légalité", on s'en fout un peu: ce qui compte, c''est la SURETE!!!

  • M9299032 le jeudi 14 aout 2014 à 16:30

    Ouf, on est sauvé !

  • M4426670 le jeudi 14 aout 2014 à 16:30

    En cas "d'accident", toutes les belles ames vont s'en donner à coeur joie! Ils ne sont pas RESPONSABLES!!!!!

  • M4426670 le jeudi 14 aout 2014 à 16:28

    Je ne sais si c'est "légal", mais c'est LEGITIME de la part d'une entreprise qui a la RESPONSABILITE de la sureté des installations!

  • tropfort le jeudi 14 aout 2014 à 15:51

    Maigre retour de baton devant la carnage mondial qu'ils produisent...