Sécurité : le patron de l'Euro se veut rassurant

le
0
Sécurité : le patron de l'Euro se veut rassurant
Sécurité : le patron de l'Euro se veut rassurant

La Coupe de France, ce n'est pas l'Euro 2016. C'est en substance le discours des organisateurs du prochain Championnat d'Europe qui va se tenir en France du 10 juin au 10 juillet. Ces derniers ont décidé de sortir du bois, hier, deux jours après la finale OM - PSG au Stade de France où de nombreux dysfonctionnements ont été constatés. «Mais ce n'était pas le dispositif de sécurité qui sera en place lors de l'Euro, ou alors de manière très partielle, donc incomplet, s'est défendu Jacques Lambert, le patron du comité d'organisation. D'autre part, nous n'avions pas la maîtrise de l'événement puisque la Fédération française de football était l'organisatrice. Ce qui m'inquiète, c'est qu'on tire des conclusions prématurées de cette soirée, cela donne une image décalée de la réalité.» Voilà pour le postulat. Mais des failles bien réelles ont existé, et elles ont fait réagir jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. « Il a été décidé de corriger sans tarder les dysfonctionnements constatés », a communiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a convoqué une réunion sur le sujet, hier matin, Place Beauvau. Et des corrections seront apportées.

Afin d'éviter que les spectateurs ne tournent autour du stade pour trouver un des quatre sas d'accès au parvis, une signalétique spécifique UEFA est d'ores et déjà actée dès la sortie des RER et du métro. De la même manière, des volontaires postés en hauteur guideront les supporteurs avec des porte-voix. «Il faut savoir que pendant l'Euro, les fans pourront choisir indifféremment une des quatre entrées. Cela n'était pas le cas samedi soir car il fallait chercher son entrée et ce n'était pas facile», décrypte Jacques Lambert. L'UEFA a aussi prévu d'occulter avec une bâche plastique tous les grillages du premier périmètre de sécurité. «Nous avons constaté sur les vidéos qu'on pouvait faire passer des objets à travers les grilles», explique le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant