Sécurité : le FN n'entend pas se laisser faire par l'UMP

le
0
Marine Le Pen accuse Nicolas Sarkozy de reprendre à son compte certaines expressions de ses discours.

«Nicolas Sarkozy est un adversaire redoutable, mais nous aussi.» Marine Le Pen ne soutient pas que les sympathisants du Front national restent tous insensibles au tour de vis en matière d'immigration annoncé par le gouvernement. Mais, comme Bruno Gollnisch, lui aussi candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen, la vice-présidente du FN veut croire que l'offensive politique de l'Élysée tournera court. «Les effets d'annonce répétés, ça finit par lasser. Les Français ont compris qu'il n'y a plus rien à attendre du chef de l'État.»

Pourtant, l'inquiétude est bien là au FN. Lors de la campagne présidentielle de 2007, Jean-Marie Le Pen s'était vécu comme un patron de PME plagié par une multinationale. Trois ans plus tard, bis repetita? Comme l'a révélé Le Canard enchaîné, Marine Le Pen vient de demander à ses collaborateurs de dresser la liste des expressions qu'elle emploie dans ses discours et qu'elle accuse le chef de l'État de reprendre à son compte.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant