Sécurité des plages : vigilance toute !

le , mis à jour à 07:35
0
Sécurité des plages : vigilance toute !
Sécurité des plages : vigilance toute !

Moins de surveillants ? Plus de vigilance ! La baisse d'effectifs dans les postes de secours inquiète les médecins, comme le pédiatre urgentiste Jean-Louis Chabernaud. Raison de plus pour se plier à ses conseils. Avec ses confrères de l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), il met en garde notamment les parents car « on peut se noyer même dans 20 cm d'eau ». Le bilan annuel de l'Institut de veille sanitaire (InVS) est là pour rappeler que se baigner peut être dangereux. L'InVS a en effet recensé 1 219 noyades au cours de l'été 2015 (dont la moitié en mer) qui se sont soldées dans 36 % des cas par la mort du nageur.

 

Haro sur les bouées canard

Les enfants sont les plus à risque, surtout si l'on boude la plage surveillée. Mais l'on peut se croire à tort tranquille en les équipant... de travers. Selon l'enquête réalisée par l'AFPA auprès de 659 parents, près d'un quart investissent dans une bouée classique pour laisser leur enfant barboter, quel que soit son âge. Oubliez ce modèle à tête de canard, qui vous évoque peut-être votre enfance et se vend encore au bazar local, entre épuisettes et cartes postales. La qualité de ces bouées est aléatoire et elles sont rarement adaptées à la morphologie des enfants. S'ils glissent ou basculent, en un clin d'oeil, ils se retrouvent tête sous l'eau sans pouvoir se redresser.

 

Brassards et surveillance

Près de 46 % des parents optent pour les bracelets gonflables à partir de 2 ans. « C'est déjà mieux, s'il a le marquage CE », juge l'urgentiste. Mal gonflés, crevables à la moindre éraflure d'épine, ils ne sont pas infaillibles, prévient le professeur Chabernaud qui recommande les maillots flotteurs, sans air, ou de type « puddle jumper », modèle qui allie brassards et soutien ventral comme un tee-shirt flottant. « Le plus important martèle-t-il, c'est la vigilance. A côté, pas à 50 m. En ayant pris soin si l'on est un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant