Sécurité des plages : «Il y a des maîtres nageurs, mais ce n'est pas comme les CRS»

le , mis à jour à 08:04
0
Sécurité des plages : «Il y a des maîtres nageurs, mais ce n'est pas comme les CRS»
Sécurité des plages : «Il y a des maîtres nageurs, mais ce n'est pas comme les CRS»

À peine les vacances entamées, les plages du Var sont déjà bondées. Mais les CRS, détachés habituellement à la surveillance des plages à partir du 1er juillet, eux, sont invisibles. « On vient au Lavandou depuis dix ans. C'est le premier été qu'on ne les voit pas avec leurs tee-shirts à écussons bleu-blanc-rouge, regrettent Marie-Claude et Denis, venus du Puy-en-Velay, comme chaque année depuis dix ans, se prélasser sur la plage du Lavandou. Leur présence est symbolique mais surtout rassurante et sécurisante quand on se baigne. En même temps, ils sont très sollicités avec les manifs, l'Euro et le plan Vigipirate, tente de comprendre le couple. Là, il y a des maîtres nageurs, mais ce n'est pas comme les CRS. »

Sur toute la côte varoise — premier département touristique de France — les maires des stations balnéaires se sont organisés dans l'urgence. « Nous employions déjà 18 sauveteurs civils, cet été ils seront plus nombreux », explique Gil Bernardi, maire du Lavandou.

Dans la commune voisine de La Londe où la population quadruple en été, le maire, François de Canson, a choisi de mobiliser ses policiers municipaux. Ce qui surprend les touristes : « On ne s'attend pas à voir des agents en uniformes à la plage, mais on s'y fait », confie Daniel, venu en famille de Tourcoing pour une semaine au soleil. « L'an dernier, nous avions 8 CRS, ils seront 4 cet été, et pas avant le 20 juillet. Cela a un impact important pour nos plages. Outre le sauvetage, leur présence est très dissuasive. Leurs pouvoirs de police leur permettent d'intervenir dans tous les domaines. » Alors, à La Londe, il a fallu aussi épauler les policiers municipaux sur la plage, en faisant appel à des maîtres nageurs de la SNSM (Société nationale du sauvetage en mer). « Tout ça est très dommage, notamment pour les vols sur la plage. On a décidé de ne plus prendre nos téléphones portables et cartes bleues quand on part ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant