Sécurité des ascenseurs : les professionnels appuient sur le bouton d'alarme

le
8
70% du parc français d'ascenseurs a été mis en conformité à cinq semaines de l'échéance boumen&japet/shutterstock.com
70% du parc français d'ascenseurs a été mis en conformité à cinq semaines de l'échéance boumen&japet/shutterstock.com

(AFP) - La fédération des ascenseurs a tiré vendredi la sonnette d'alarme contre les retards survenus dans la mise en sécurité des ascenseurs, alors que seulement 70% du parc français a été mis en conformité à cinq semaines de l'échéance.

"Nous sommes à cinq semaines de la date limite et il reste 85.000 appareils à mettre en conformité soit 15% du parc français. Il y a urgence", a prévenu Pierre Hardouin, le président de la fédération des ascenseurs, qui regroupe 110 entreprises et 90% du secteur, lors d'une conférence de presse.

La date limite de la deuxième tranche des travaux prévus par la loi de sécurisation des ascenseurs existants (SAE) avait été repoussée d'un an au 3 juillet 2014 par l'ex-ministre du logement Cécile Duflot.

Les copropriétaires étaient censés appliquer cinq mesures de sécurité préconisées par la loi, comme les dispositifs de téléalarme ou de protection contre les risques électriques, en trois tranches successives de travaux.

Les ascensoristes ont surtout mis en cause le moratoire décidé par l'ancienne ministre sur l'une des mesures de sécurité: la précision d'arrêt qui permet à l'ascenseur de s'arrêter exactement en face du palier pour éviter notamment les chutes des personnes âgées.

Les associations de copropriétaires avaient dénoncé des mesures "coûteuses" à mettre en place.

Inquiète de l'impact économique négatif, la fédération des ascenseurs a appelé à la fin du moratoire. "Si rien n'est fait, 1.500 emplois sur les 18.000 existants seront menacés", a alerté Pierre Hardouin, alors que 70% de l'activité repose sur les travaux de maintenance et de modernisation.

Si la situation économique est restée stable en 2013 avec 2,5 milliards de chiffre d'affaires, la fédération s'attend à une baisse d'activité de l'ordre de 5% en 2014.

Des discussions sont en cours entre le gouvernement et les professionnels à propos d'une possible sortie du moratoire. Un groupe de travail a rendu ses conclusions en février et a recommandé de concentrer les travaux des 150.000 appareils concernés "sur uniquement 65.000 entre 2015 et 2018".

Les professionnels ont accepté de réduire le coût des travaux garantissant la précision d'arrêt de 3 milliards à 600 millions d'euros, "soit environ 6.000 euros par ascenseur", selon Jean-Luc Detavernier, délégué général de la fédération des ascenseurs.

"Nous attendons une décision rapide du gouvernement", a indiqué Pierre Hardouin, également directeur général d'Otis France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • troteldo le dimanche 25 mai 2014 à 17:58

    Et les syndics d'immeubles se servent au passage, officiellement et sous la table !

  • troteldo le dimanche 25 mai 2014 à 17:57

    Par ici la monnaie pour ces aigrefins ! Ils veulent toucher le pactole rapidement pour s'acheter la nouvelle Porsche ! Ils m'ont coûté plusieurs milliers d'euros pour me coller une voix synthétique qui annonce fermetures ouvertures étages !

  • supersum le samedi 24 mai 2014 à 17:55

    On va pleurnicher pour ces voleurs, tout comme pour les bagnoles, à inventer des normes de sécurité pour nous plumer. Sal*aud !

  • lorant21 le samedi 24 mai 2014 à 17:10

    Ils ont baissé les prix de 3 milliards à 600 millions.. cela s'appelle "se faire des coui.. en or" avec la complicité des pouvoirs publics..

  • groundze le samedi 24 mai 2014 à 11:18

    encore une usine à gaz inventée et poussée par des lobby après la survenue d'accident dont la cause principale n'est pas la vétusté des ascenseurs mais le sabotage de ceux ci dans certains immeuble pour cacher de la drogue dans les colonnes d'ascenseur rappel des pros des ascenseurs qui n'ont plus de boulot (25% en moins ) on dépense des fortunes en France pour des faux principes de sécurité ( autre exemple : il y a autant qu'avant de noyades d'enfant dans les piscines privées)

  • faeric le vendredi 23 mai 2014 à 21:08

    Nouvelle normes pour creer un besoin , pitoyable

  • M8645627 le vendredi 23 mai 2014 à 20:39

    Des que de chiffre d'affaire baisse, on demande une nouvelle norme. Vive le lobbiing

  • pokesden le vendredi 23 mai 2014 à 20:25

    Encore une norme (pour un seul décès)qui a coûté plusieurs millions aux copropriétaires