Sécurité dans les écoles : «Aucun personnel» dédié, déplore un proviseur

le
2
Sécurité dans les écoles : «Aucun personnel» dédié, déplore un proviseur
Sécurité dans les écoles : «Aucun personnel» dédié, déplore un proviseur

Proviseur du lycée parisien Victor-Duruy, Philippe Tournier est secrétaire général du syndicat des chefs d'établissement SNPDEN-Unsa. Il réagit aux mesures de sécurité présentées mercredi par le gouvernement.

 

Quelle est la portée, selon vous, des mesures de sécurité décidées dans les établissements scolaires ?

PHILIPPE TOURNIER. Elles sont surtout destinées à rassurer l'opinion. On nous exhorte à beaucoup de choses, sans qu'on ait vraiment les moyens d'agir. Les hôpitaux ont des agents, les centres commerciaux aussi, mais les établissements scolaires n'ont aucun personnel de sécurité.

 

Faut-il des vigiles pour protéger les élèves ?

Il faut à tout le moins se poser la question. S'il existe un risque imminent d'attaque, si l'école est en haut de la liste des cibles potentielles, le sujet d'avoir des vigiles, ou pas, doit être envisagé. L'idée selon laquelle la communauté éducative doit être soudée autour de la prévention et consciente des règles de sécurité est une bonne chose, mais ce n'est pas la réponse à une menace immédiate.

 

Où en est-on dans la sécurisation des locaux ?

On est encore loin du compte. Les lycées de centre-ville, de par leur architecture, sont relativement faciles à sécuriser, mais c'est plus difficile dans les écoles des zones périphériques, ou dans les cités scolaires très éparpillées et ouvertes sur la ville. Depuis quarante ans ( NDLR : et l'incendie criminel du collège Pailleron qui avait fait 20 morts en 1973), tous les efforts ont été portés sur la gestion du risque incendie. Tout est conçu pour sortir au plus vite, pas pour rester confiné.

 

C'est-à-dire ?

Aujourd'hui, les établissements ont une alarme incendie, mais pour le reste, c'est le royaume de la débrouille : certains ont une alerte spécifique pour le confinement ou un système de haut-parleurs, mais pas tous. La question des attroupements d'élèves devant les entrées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 il y a 3 mois

    63000 école en France... 2 militaires par école, toute l'armée française y passe....

  • mucius il y a 3 mois

    Allez, voila encore une bonne d'embaucher des fonctionnaires! Qui va un jour essayer de mettre au boulot ceux qui sont en place au lieu de toujours embaucher?