Securitas: quand caméras et numérique supplantent l?humain

le
0
Securitas: quand caméras et numérique supplantent l?humain
Securitas: quand caméras et numérique supplantent l?humain

Pour le patron du groupe suédois Securitas, numéro un de la sécurité privée en Europe et en Amérique du nord, l'avenir est aux caméras intelligentes et aux algorithmes prédictifs, et cette révolution technologique entraînera fatalement la disparition de milliers d'entreprises et d'emplois."Dans dix ans, cette industrie comptera moins d'employés qu'aujourd'hui". Dit comme ça, on pourrait penser qu'Alf Göransson a rendu les armes. Au contraire, l'homme qui dirige Securitas depuis bientôt dix ans observe autant qu'il oriente le "changement radical" de son secteur, qu'on croirait inspiré du "Minority Report" du romancier Philip K. Dick et du cinéaste Steven Spielberg.Reconnaissance faciale et détection des comportements suspects, "nous pouvons utiliser des caméras intelligentes pour détecter le crime avant qu'il ne se produise". Vous avez dit inquiétant ? "Si vous pouvez empêcher un meurtre, un viol ou un attentat simplement en vous servant de la technologie, à mon avis, c'est bien".Qui oserait prétendre le contraire ? "La tendance en Europe et en Amérique du nord est d'autoriser de plus en plus de caméras afin de réduire la criminalité".Et ce n'est que le début. "La prochaine étape sera d'utiliser les données historiques, l'intelligence numérique et, avec un algorithme, vous pourrez prédire ce qui va se passer dans le futur". De la science-fiction ? "C'est testé en Californie".Si l'ordinateur affirme qu'"+il est plus probable que, dans cette rue, il y aura un cambriolage le vendredi entre 16 et 18 heures+, alors la police va patrouiller d'une façon spécifique. En faisant ça, vous avez réduit la criminalité de 30%. Pour le même coût, avec les mêmes personnes, juste avec plus d'+intelligence+ (analyse des données, ndlr)".- 'Ca arrive extrêmement vite' -Avec un tel arsenal, c'en sera bientôt fini de cette "industrie basée sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant