Sécu : rembourser les assurés en fonction de leurs revenus

le
3
Pour rendre le système de sécurité sociale plus juste, deux économistes proposent de moduler les remboursements des dépenses de soins de ville en fonction des revenus des assurés. Le même principe est appliqué aux allocations familiales.

L'idée risque de faire grand bruit. Deux économistes proposent, dans un article publié par la revue de l'Insee «Economie et Statistique» que les dépenses de soins soient remboursées en fonction des revenus des assurés. «Jusque-là, chacun cotisait selon ses moyens et recevait selon ses besoins, explique Grégoire de Lagasnerie, co-auteur de l'article. Le but n'est pas de réduire le déficit de la Sécurité sociale, mais de réintroduire le principe de solidarité dans le système de remboursement des soins que les précédents gouvernements ont supprimé». Bref, il s'agirait d'appliquer à l'Assurance maladie la même philosophie de la réforme à venir du gouvernement sur les allocations familiales, à savoir diminuer celles versées aux mén...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phi.hour le jeudi 16 mai 2013 à 13:26

    comme l'absentéisme des fonctionnaires est le DOUBLE de celui du privé , il faudrait "doubler" la cotisation des fonctionnaires....c'est une meilleure idée que celle proposée ...

  • phi.hour le jeudi 16 mai 2013 à 13:22

    les fonctionnaires prennent en moyenne 10 jours d'arrêt maladie par an , non justifiés ,car pas de contrôle.ces arrêts "fictifs" ,entrainent le payement par la S.S. de 70 millions de journées.l'état ne dit rien car c'est le régime général qui paye....et ça diminue les charges de l'état...

  • phi.hour le jeudi 16 mai 2013 à 13:07

    s'il y avait un prix de la "con rie" , nos gouvernants et énarques à l'origine de cette idée ,auraient le" prix d'excellence ".ils feraient mieux de contrôler les arrêts non justifiés des fonctionnaires (2 fois plus d'arrêt que dans le privé )....l'état doit balayer devant sa porte ....