Sécu : le déficit ramené à 13 milliards d'euros en 2014

le
2
Sécu : le déficit ramené à 13 milliards d'euros en 2014
Sécu : le déficit ramené à 13 milliards d'euros en 2014

Le déficit du régime général de la Sécurité sociale (assurance-maladie, retraites, prestations familiales, accidents du travail) et du fonds de solidarité vieillesse devrait être ramené en dessous de 13 milliards d'euros en 2014. Selon le gouvernement, «sans les mesures de redressement engagées, ce déficit aurait atteint 21 milliards d'euros». En 2013, le trou de la Sécu devrait s'élever autour de 16 milliards d'euros. Ce coup de rabot de 3 milliards d'euros s'explique par l'apport massif de nouvelles recettes et d'un tour de vis sur les dépenses.

Ce projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 qui sera présenté jeudi, «permettra de porter les réformes structurelles engagées par le gouvernement, telles que la réforme des retraites, les mesures relatives à la politique familiale et la stratégie nationale de santé», se félicite le communiqué du gouvernement à l'issue d'une communication de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget.

Selon le gouvernement, le projet de loi sur les retraites qui doit être examiné à l'Assemblée le 7 octobre, «contribuera au redressement des comptes : le solde de la branche retraite s'améliorera notamment sous l'effet du report au 1er octobre 2014 de l'indexation des pensions, sauf pour les pensions les plus modestes». Cela représente une économie de 600 millions d'euros pour la Sécurité sociale. A cela s'ajoute, la hausse de 0,15 point des cotisations patronales et salariales dont l'impact global pour les régimes de base s'élève à plus de 2,5 milliards d'euros. Cependant, la fiscalisation des majorations de pension pour trois enfants bénéficiera à la branche vieillesse seulement à compter de 2015. Au total, l'ensemble des nouvelles recettes sera de 4 milliards d'euros.

Par ailleurs, le gouvernement souhaite limiter la hausse des dépenses de santé à 2,4 % en 2014. Au programme : des baisses de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domin288 le mercredi 25 sept 2013 à 18:25

    Vous oubliez la MGEN, qui permet aux fonctionnaires d'éviter cliniques et hopitaux, aux frais du contribuables, car sinon elle serait déficitaire. Les batiments de Maisons LAffitte sont luxueux. Quel privilège mais chut ne rin dire, ne rien voir et ne rien entendre. C'est la France.

  • M4896128 le mercredi 25 sept 2013 à 17:36

    Limiter la hausse des dépenses de santé: Les fonctionnaires, couverts par la Sécu, qui paie les arrêts maladie, n'ont pas de jour de carence. Ces mêmes fonctionnaires ont une complémentaire santé qui reçoit des subventions de l'Etat, pendant que ce même Etat taxe les mutuelles des salariés du privé et réintègre fiscalement les cotisations des contrats groupe dans le salaire. Justice sociale vous dites?!