Secret bancaire : la Suisse cède pas à pas

le
0
Alors qu'un sommet de l'UE est de nouveau consacré à la lutte contre les paradis fiscaux, la Suisse semble avancer sur la voie de la transparence réclamée par les institutions européennes et internationales. Mais Berne est encore loin du but.

Tout débat sur le secret bancaire, qu'il soit mené à l'échelle européenne ou internationale, revient toujours du côté de la Suisse. Inscrit dans la Constitution, il fait partie des gènes helvètes, il a permis aux banques suisses de prospérer depuis des décennies.

Les chiffres en attestent: malgré les sérieuses brèches ouvertes depuis 2009 sur ce secret bancaire, la Suisse reste à la première place mondiale pour la gestion des fortunes étrangères. Ces avoirs représentaient en 2011 2100 milliards de dollars, selon les estimations du Boston Consulting Group, équivalent à 27 % du marché mondial. La Suisse devance largement les îles anglo-normandes, les paradis fiscaux des ­Caraïbes ainsi que Hongkong et ­Singapour - ch...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant