Séchilienne-Sidec: Résultats du 1er semestre 2011

le
0
COMMUNIQUE DE PRESSE
Courbevoie, le 28 juillet 2011

Résultats du 1er semestre 2011 :
excellente performance opérationnelle et financière


- Chiffre d'affaires : +19,6% à 167,6 M¤
- EBITDA : +37,6% à 62,7 M¤
- Résultat net part du groupe : +36,7% à 21,7 M¤

- Plus de 52 MW mis en service au cours du semestre
- Confirmation des perspectives sur l'exercice

- Accord de la CRE sur deux contrats de fourniture d'électricité de 30 ans pour les centrales thermiques de Marie-Galante (15 MW) en Guadeloupe et de CCG2 (38 MW) en Martinique

Le Conseil d'administration de Séchilienne-Sidec, réuni sous la présidence de M. Nordine Hachemi, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour le 1er semestre 2011.


(1) EBITDA : résultat opérationnel avant dotations aux amortissements, dotations et reprises de provisions pour dépréciation, risques et charges

Commentant l'activité du 1er semestre, Nordine Hachemi, Président-Directeur général de Séchilienne-Sidec, a déclaré : " Le Groupe a fait preuve d'un grand dynamisme au cours du 1er semestre, puisque ce sont plus de 52 MW qui ont été mis en service depuis le début de l'année, soit une croissance de la capacité consolidée en exploitation de plus de 12%.

Le secteur Thermique y contribue pour plus de la moitié, avec la mise en service début mars de la centrale de Caraïbes Energie, à la Guadeloupe. D'une capacité de 38 MW, elle répond aux dernières exigences environnementales en termes de traitement des fumées et de l'eau.
Dans le secteur photovoltaïque, le Groupe a mis en service 14,4 MW de centrales depuis le début de l'année, dont les 6 tranches restantes du grand projet de Kourou (12 MW, Guyane) en mars. Nous poursuivons activement la construction de 9,4 MW de capacités supplémentaires à Matoury en Guyane et à Bethléem à la Réunion, qui devraient faire l'objet d'un raccordement dans le courant du 3ème trimestre. Dans l'éolien, les 6 MW d'Héninel ont été raccordés le 12 juillet 2011. Près de 70 MW seront ainsi mis en service en 2011, soit une croissance de la capacité consolidée en exploitation de plus de 16%.

Tous ces développements nous rendent particulièrement confiants sur les perspectives de croissance de l'EBITDA que nous avons tracées sur l'ensemble de l'exercice 2011 et que nous confirmons.

Parallèlement, nous continuons d' 1/2 uvrer activement aux développements futurs, à court et moyen terme. Nous étudions actuellement quatorze projets représentant une capacité totale de 670 MW en France, Afrique, Amérique du Nord et Asie. Ces projets font appel aux savoir-faire historiques de la société et lui permettent de décliner son modèle économique. Parmi ceux-ci, les projets de centrales thermiques de CCG-2 en Martinique et de Marie-Galante en Guadeloupe, pour lesquels nous venons d'obtenir l'accord de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) pour la signature de contrats de fourniture d'électricité sur 30 ans. Ce potentiel de croissance de nos capacités de production d'électricité nous conduit à confirmer nos perspectives de progression de l'EBITDA du Groupe de 50 à 70% à horizon 2015. "

I - Evolution de l'activité



(*) dont ventes de panneaux pour 9,8 M¤ en 2010. Aucune vente en 2011.

Sur le 1er semestre 2011, le chiffre d'affaires consolidé de Séchilienne-Sidec s'est élevé à 167,6 millions d'euros, soit une progression de 19,6% par rapport au 1er semestre 2010.
La production globale d'électricité (hors centrales mauriciennes, non consolidées) s'est élevée à 1 107,7 GWh, en hausse de 15,8% par rapport au 1er semestre 2010.

- Thermique : progression de 14,3% de la production d'électricité, augmentation de près de 3 points du taux de disponibilité des centrales

Au cours du 1er semestre, le Groupe a produit 1 033,9 GWh (+ 14,3% par rapport au 1er semestre 2010) avec une puissance installée qui est passée de 334 MW au 31 décembre 2010 à 372 MW en mars 2011 avec la mise en service de la centrale Caraïbes Energie, en Guadeloupe. Cette puissance installée ne prend pas en compte les 195 MW exploités par les centrales de l'Ile Maurice, dont les résultats sont consolidés par mise en équivalence.

Sur l'ensemble du semestre, la disponibilité technique moyenne des centrales consolidées du Groupe s'est établie à 83,9%, soit près de 3 points de plus qu'au 1er semestre 2010, avec notamment un taux d'appel très élevé pour CCG. L'impact des mouvements sociaux du 1er semestre a été limité en termes de disponibilité du fait de la forte mobilisation du personnel non gréviste. Toutes les centrales ont effectué au cours du 1er semestre la quasi-totalité de leurs arrêts annuels programmés.

Le chiffre d'affaires s'élève à 149,6 millions d'euros, en hausse de 24,1% par rapport à la même période de 2010. La progression de 29,0 millions d'euros d'un semestre sur l'autre résulte pour plus de la moitié de l'augmentation de la production d'électricité et pour le solde principalement d'un effet-prix charbon traduisant la hausse de 20 ¤/tonne du cours moyen d'achat d'un semestre sur l'autre.

- Photovoltaïque : poursuite de la dynamique de croissance des capacités, chiffre d'affaires en hausse de 133,2%

L'évolution de la production d'électricité photovoltaïque s'est inscrite dans la dynamique déjà très favorable de 2010. Au 1er semestre 2011, elle a augmenté de 132% pour s'établir à 34,4 GWh. Le chiffre d'affaires a progressé dans les mêmes proportions et s'est établi à 13,7 millions d'euros.
Cette forte augmentation reflète d'une part le plein effet de la mise en service de 23,9 MW de nouvelles installations au cours de l'année 2010, mais aussi les premières contributions des 14,4 MW mis en service au cours du 1er semestre 2011, dont les 6 tranches restantes du projet de Kourou (12 MW, Guyane) en mars. Enfin, les conditions d'ensoleillement ont été bonnes dans l'Océan Indien comme dans les Caraïbes.
Au 30 juin 2011, le Groupe disposait de 60 MW de capacités installées et de 9,4 MW de capacités en cours de construction à Matoury (4 MW, Guyane) et à Bethléem (5,4 MW, Réunion), qui porteront les capacités installées du Groupe à 69,4 MW d'ici la fin de l'année.

- Eolien : augmentation de la production et du chiffre d'affaires d'environ 8%

La production d'électricité d'origine éolienne s'est établie à 39,5 GWh, en progression de 7,9% par rapport à la production du 1er semestre 2010. Le chiffre d'affaires augmente dans les mêmes proportions, de 3,1 à 3,3 millions d'euros. Cette progression résulte de la mise en service du parc de Porte de France (8 MW) en 2010, les conditions de vent ayant par ailleurs été globalement médiocres au cours du semestre, en dépit d'un excellent mois de juin.
Les capacités de production s'établissaient à fin juin 2011 à 50,5 MW. Elles ont été accrues en juillet des 6 MW du parc des Crêtes d'Heninel, dans le Pas-de-Calais, portant ainsi les capacités éoliennes actuellement en exploitation à 56,5 MW.

II - Autres éléments de résultat

- EBITDA et résultat net : forte croissance dans la dynamique de la hausse de la production

L'EBITDA hors produits de défiscalisation s'établit à 48,8 millions d'euros, en progression de 3,2 millions d'euros, soit +7,0% d'un semestre sur l'autre. Il est rappelé que l'EBITDA du 1er semestre ne prend en compte la production de la centrale de Caraïbes Energie que sur un peu plus de trois mois.

L'analyse par activité de cette progression est la suivante :

- L'EBITDA du secteur Thermique s'établit à 39,7 millions d'euros, à comparer à 39,4 millions d'euros au 1er semestre 2010, soit une progression de 0,8%. Cette variation s'explique essentiellement par les effets favorables de la meilleure disponibilité des centrales, du fort taux d'appel de CCG et de la mise en service de Caraïbes Energie qui ont été quasi-intégralement compensés par l'impact contractuel de la baisse des primes fixes de 4,4 M¤ (de l'ordre de 9 M¤ sur l'ensemble de l'exercice, dont - 2,5 M¤ d'impact net sur la trésorerie) sur deux des centrales du Groupe ainsi que par un effet-stock moins favorable dû au léger tassement tout au long du 1er semestre 2011 des coûts du charbon exprimés en euros alors qu'ils avaient fortement progressé au 1er semestre 2010.

- Dans le secteur Photovoltaïque, l'EBITDA au titre de l'exploitation s'est élevé à 9,6 millions d'euros contre 4,5 millions d'euros au 1er semestre 2010, en progression de 111%. Cette excellente performance s'explique par la conjugaison de l'augmentation de la capacité en exploitation, la bonne performance des équipements et des conditions d'ensoleillement favorables.

- L'EBITDA du secteur Eolien s'établit à 2,2 millions d'euros. Malgré l'accroissement du parc, il est en léger retrait sur le niveau de 2,3 millions d'euros réalisé au 1er semestre 2010, du fait principalement de mauvaises conditions de vent sur les cinq premiers mois de l'année.

- La contribution de la Holding à l'EBITDA est en baisse de 2,1 millions d'euros par rapport au 1er semestre 2010, en raison notamment de la moindre capitalisation des charges liées au développement de nouveaux projets, en particulier les projets à l'international et de la non-récurrence des ventes de panneaux photovoltaïques au 1er semestre 2011.

L'EBITDA y compris produits de défiscalisation s'établit à 62,7 millions d'euros, en progression de 37,5% par rapport au 1er semestre 2010. Il prend en compte 13,9 millions d'euros de produits de défiscalisation. Grâce au raccordement de 11,8 MW d'installations photovoltaïques effectué avant le 31 mars 2011, le Groupe est éligible à des produits de défiscalisation. A la date d'arrêté des comptes, 2,3 millions d'euros avaient été effectivement encaissés par le Groupe. Un second montant de 11,6 M¤, placé auprès des investisseurs mais non encore encaissé par le Groupe, est également reconnu dans les comptes au 30 juin. Des produits de défiscalisation complémentaires, estimés à 5,1 M¤, devraient être reconnus au cours du second semestre.

Conformément à ce que le Groupe avait annoncé en mars dernier, les dotations aux amortissements sur les actifs corporels sont en progression notable (14,6 vs 11,1 millions d'euros au 1er semestre 2010), du fait de la construction et mise en service en 2010 et en 2011 d'importantes nouvelles capacités.

Comme annoncé également, la mise en service des nouvelles capacités a impacté le niveau du coût de l'endettement financier, qui passe de 9,5 millions d'euros au 1er semestre 2010 à 12,8 millions d'euros au 1er semestre 2011.

Grâce à la bonne performance des centrales mauriciennes, la quote-part du résultat net des entreprises associées s'élève à 1,3 million d'euros, contre 0,7 million d'euros au 1er semestre 2010.

Après charge fiscale de 8,7 millions d'euros, correspondant à un taux effectif d'impôt de 26,2%, le résultat net consolidé s'établit à 25,7 millions d'euros, en hausse de 32,5% et le résultat net part du Groupe à 21,7 millions d'euros, en progression de 36,7%. Il représente 0,76 ¤/action, à comparer à 0,56 ¤/action au 1er semestre 2010.

- Flux de trésorerie et structure financière toujours aussi solides

Les flux de trésorerie générés par l'activité opérationnelle se sont élevés à 32,9 millions d'euros au 1er semestre 2011, à comparer à 30,5 millions d'euros sur la même période de 2010. Cette hausse reflète une forte progression de la capacité d'autofinancement (65,6 millions d'euros vs 48,7 millions d'euros au 1er semestre 2010), mais dont une partie liée aux apports de la défiscalisation n'a pas été encore encaissée (11,6 millions d'euros).

Les investissements nets se sont élevés à 60,7 millions d'euros. Ce niveau témoigne de l'intense activité de développement dans le Groupe (achèvement de la construction de Caraïbes Energie, de Kourou et d'Héninel, projets en cours de construction de Matoury et de Bethléem notamment), mais aussi des travaux continus de rénovation et de renforcement de la fiabilité technique des centrales thermiques existantes.

La trésorerie de clôture s'établit à 68,8 millions d'euros, contre 106,5 millions d'euros au 31 décembre 2010.

Au 30 juin 2011, les capitaux propres s'élèvent à 346,8 millions d'euros.

L'endettement financier brut s'élève à 642,5 millions d'euros. Il est constitué à hauteur de 84% de dette de financement de projets à long terme, couvrant des installations en exploitation et en cours de construction. La dette financière nette s'établit à 573,7 millions d'euros.

III - Confirmation des perspectives de croissance de l'EBITDA

Le second semestre bénéficiera en termes d'activité de l'effet volume des nouvelles installations thermiques, photovoltaïques et éoliennes mises en service depuis le début de l'année. Il devrait également bénéficier d'une meilleure disponibilité de ses centrales thermiques qui ont réalisé la quasi intégralité de leurs arrêts techniques et d'investissements sur le 1er semestre. Le compte de résultat sera par ailleurs dépendant de l'évolution du coût du charbon et du niveau obtenu des aides fiscales à l'investissement dans les Départements d'outre-mer.

Pour la deuxième partie de l'année, le Groupe est confiant quant à la poursuite du développement des projets en cours, dont notamment Matoury (4 MW, Guyane) et Bethléem (5,4 MW), dont la mise en service industrielle est prévue pour le 3ème trimestre 2011.

L'EBITDA du second semestre, hors produits de défiscalisation, devrait ainsi progresser à un rythme sensiblement supérieur à celui du 1er semestre.

Séchilienne-Sidec confirme ainsi, à conditions économiques équivalentes, les perspectives de progression sur l'ensemble de l'exercice d'au moins 15% de l'EBITDA y compris produits de défiscalisation et de 10% de l'EBITDA hors défiscalisation.

Par ailleurs, la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) vient de donner son accord pour la signature d'un contrat de 30 ans de fourniture d'électricité à partir de la future centrale de Marie-Galante en Guadeloupe. Cet accord fait suite à celui du même type donné en juin dernier par la CRE au titre de la future centrale de CCG-2 en Martinique. Ces avancées importantes illustrent l'activité intense du Groupe sur les nombreux projets en cours d'étude, qui ouvrent une perspective de croissance de l'EBITDA de 50 à 70% à horizon 2015.

Enfin, suite à la démission d'administrateur de M. Claude Rosevègue, directeur associé d'Apax Partners, le Conseil d'administration de Séchilienne-Sidec a coopté M. Edgard Misrahi, Président-Directeur général d'Apax Partners en France, pour le remplacer jusqu'au terme de son mandat, soit à l'issue de l'Assemblée Générale appelée à statuer en 2015 sur les comptes de l'exercice 2014. Après quelques années chez McKinsey & C. à Paris, puis aux Etats-Unis dans un groupe américain de télécommunications, M. Misrahi a rejoint Apax Partners en 1991, en tant que Directeur-Associé. Il a été Président de l'AFIC (Association Française des Investisseurs en Capital) de 2007 à 2008. Edgard Misrahi est ancien élève de l'école Polytechnique et diplômé de la Harvard Business School. La nomination de M. Misrahi sera soumise à ratification de la plus prochaine Assemblée Générale Ordinaire.

Prochaine publication d'information périodique :
Information trimestrielle pour le 3ème trimestre 2011 le 20 octobre 2011 après Bourse

A propos de Séchilienne-Sidec (www.sechilienne-sidec.com) - Depuis 30 ans Séchilienne-Sidec est un Groupe indépendant spécialisé dans la production d'électricité au travers de centrales de moyenne puissance charbon/biomasse, photovoltaïques et éoliennes. Grace à sa technicité, à son expérience en gestion de projets et à la qualité de ses équipes d'ingénieurs, le Groupe gère toutes les étapes du cycle de vie des centrales : conception, financement, construction et exploitation, partout dans le monde et, notamment, dans des environnements complexes. ISIN : FR0000060402 - SECH)

Contacts
Séchilienne-Sidec +33 (0)1 41 16 82 00
Comalto +33 (0)1 42 78 18 16
Jean-François Carminati - jfcarminati@comalto.com
Nicole Roffé - nroffe@comalto.com








Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant