Séchilienne-Sidec : Résultats du 1er semestre 2010

le
0

Communiqué

· Chiffre d’affaires : +15,5% à 140,1 M€

· Résultat net consolidé : -5,8% à 19,4 M€

· Priorité donnée aux investissements dans les centrales thermiques existantes

· Fort niveau d’activité en termes de construction de nouvelles capacités et de levée de financements

· Confirmation des perspectives à moyen terme

Le Conseil d’administration de Séchilienne-Sidec, réuni sous la présidence de M. Nordine Hachemi, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour le 1er semestre 2010.

Principales données consolidées (en millions d’euros)

1er semestre 2010

1er semestre 2009

Variation %

Chiffre d’affaires

140,1

121,3

+15,5%

EBITDA[1]

45,6

48,9

-6,7%

Résultat opérationnel

32,2

35,4

-9,0%

Résultat net consolidé

19,4

20,6

-5,8%

Résultat net part du groupe

15,9

16,9

-5,9%


[1] EBITDA : résultat opérationnel avant dotations aux amortissements, dotations et reprises de provisions pour dépréciation, risques et charges

Commentant l’activité du 1er semestre, Nordine Hachemi, Président-Directeur général de Séchilienne-Sidec, a déclaré : « Au cours du 1er semestre, le Groupe a été très actif sur plusieurs chantiers majeurs. En termes opérationnels, la priorité a été donnée aux investissements dans les centrales thermiques existantes, afin de renforcer la fiabilité technique des installations. L’essentiel du programme pour 2010 a ainsi été réalisé au 1er semestre. Nous avons également finalisé l’organisation sociale du Groupe : l’ensemble des salariés du Groupe est désormais associé à la performance économique. Dans le même temps, les capacités installées ont été augmentées de près de 9 MW par rapport à fin 2009, avec notamment la mise en service début juin de la ferme photovoltaïque de Pierrelatte.

En termes de développement, le Groupe fait preuve d’un dynamisme marqué. A fin juin, près de 53 MW étaient en cours de construction, dont 38 MW au titre de la centrale thermique de Caraïbes Energie, pour laquelle 22 recrutements ont déjà été effectués. L’ensemble positionne idéalement le Groupe au regard de ses objectifs 2012 d’accroître ses capacités installées d’environ 120 à 180 MW par rapport à fin 2009. L’accord récent de la Banque européenne d’investissements pour financer à hauteur de 200 millions d’euros nos projets d’installations de nouvelles capacités photovoltaïques en France témoigne de la qualité de nos projets et de notre capacité à atteindre nos objectifs. »

Eléments financiers

Chiffre d’affaires



Le chiffre d’affaires consolidé de Séchilienne-Sidec s’élève à 140,1 millions d’euros, en hausse de 15,5% par rapport au 1er semestre 2009. Toutes les activités progressent.

• Thermique : le chiffre d’affaires de l’activité thermique s’élève à 120,5 millions d’euros, en hausse de 7,7% par rapport à la même période de 2009. Il représente 86% de l’activité totale.

La progression de 8,6 millions d’euros s’explique principalement par un effet-prix charbon de +6,7 millions d’euros, traduisant la hausse du cours moyen d’achat de près de 10 €/tonne d’un semestre sur l’autre;

Le solde traduit la légère amélioration de la disponibilité technique des centrales ;

Ces niveaux de disponibilité technique sont nettement en deça des niveaux de disponibilité habituels du Groupe. Pour rappel, le niveau du 1er semestre 2009 s’explique par des éléments subis, tels que les mouvements sociaux ou incidents techniques. Celui de 2010 résulte de la décision prise par le Groupe et annoncée le 16 mars dernier de lancer un programme triennal de rénovation et d’amélioration des installations techniques. La tranche 2010 de ce programme 2010 était la plus contraignante. Elle a été réalisée en quasi-totalité sur le 1er semestre 2010 et a induit des arrêts prolongés, pénalisant ainsi la disponibilité moyenne des tranches concernées.

• Photovoltaïque : le chiffre d’affaires de l’activité photovoltaïque s’est établi à 5,9 millions d’euros au titre de l’exploitation, en hausse de 78,8% par rapport à 2009. Cette évolution est liée à la mise en service de 16,0 MW de nouvelles installations depuis la fin du 1er semestre 2009 (8,8 MW sur le seul 1er semestre 2010, dont 6,9 MW en France Métropolitaine, à Pierrelatte dans la Drôme), portant la puissance photovoltaïque exploitée au 30 juin 2010 à 28,8 MW. Elle traduit également le fonctionnement à plein des installations mises en service en 2009, dans des conditions d’ensoleillement excellentes. Les quantités produites ont ainsi augmenté de 107%, de 7,2 GWh à 14,8 GWh. Par ailleurs, 9,8 millions d’euros ont été générés par la vente de panneaux photovoltaïques.

Le Groupe dispose ainsi de 45,8 MW installés ou en cours de construction au 30 juin 2010 (contre 38,6 MW à fin 2009). 9,9 MW restent en attente de raccordement, dont environ 6 MW dus à des retards importants au niveau des délais de raccordement.

• Eolien : le chiffre d’affaires de l’activité éolienne s’est élevé à 3,1 millions d’euros, du fait de meilleures conditions de vent au cours du 1er semestre 2010.

Autres éléments de résultat

L’EBITDA s’établit à 45,6 millions d’euros. L’écart négatif de 3,3 millions d’euros par rapport au 1er semestre 2009 s’analyse de la façon suivante :

• Thermique
L’EBITDA du secteur Thermique s’établit à 39,4 millions d’euros, à comparer à 44,0 millions d’euros au 1er semestre 2009. La baisse de 4,6 millions d’euros est le solde de trois facteurs principaux :

- un effet positif de +5,1 millions d’euros est lié à la hausse des prix du charbon d’un semestre sur l’autre ;
- En sens inverse, un effet négatif de -7,0 millions d’euros résulte de la faible disponibilité liée au programme d’investissement de fiabilisation des centrales thermiques décrit ci-dessus.
En 2009, bien que le taux de disponibilité n’ait pas été satisfaisant, les périodes d’indisponibilité / arrêts avaient été en grande partie soit rémunérées par le biais de la clause de Force Majeure pour ce qui concerne les mouvements sociaux à la Guadeloupe, soit compensées par le remboursement reçu au titre des polices d’assurance pour ce qui concerne le sinistre sur l’alternateur de la centrale CTBR-1. Les arrêts programmés avaient quant à eux été majoritairement reportés au second semestre 2009. En 2010 en revanche, la quasi-totalité des arrêts a été programmée et n’a de ce fait donné lieu à aucune compensation. Ils ont par ailleurs été concentrés sur le 1er semestre ;
- Les effets de la politique sociale mise en œuvre au cours du 1er semestre dans les centrales thermiques, qui se traduisent par un impact de -1,0 million d’euros sur la masse salariale et couvrent notamment la mise en place des accords de participation.

• Photovoltaïque

L’activité photovoltaïque a généré un EBITDA de 4,5 millions d’euros au titre de l’exploitation, en forte hausse (+2,4 millions d’euros) par rapport au 1er semestre 2009 grâce à l’augmentation de la capacité moyenne en exploitation ainsi qu’aux bonnes performances des équipements. L’EBITDA généré par les ventes de panneaux à des tiers s’est élevé à 0,4 million d’euros, identique à celui généré au 1er semestre 2009.

• Eolien

Dans l’Eolien, l’EBITDA s’est établi à 2,3 millions d’euros, stable par rapport au 1er semestre 2009.

• Holding et autres

L’EBITDA est en baisse de 1,1 million d’euros, essentiellement du fait de la non-récurrence en 2010 d’un effet positif de +1,6 million d’euros intervenu au 1er semestre 2009 sur le projet Linares (Espagne).

L’ensemble constitué par le coût de l’endettement financier et les autres charges et produits financiers s’établit à -8,4 millions d’euros, à comparer à -10,1 millions d’euros au 1er semestre 2009. Cette amélioration de 1,7 million d’euros reflète essentiellement la baisse des taux d’intérêt.

La quote-part du résultat net des entreprises associées s’élève à 0,7 million d’euros, contre 1,2 million d’euros au 1er semestre 2009. La diminution de -0,5 million d’euros résulte principalement de la modification du traitement comptable, à compter du 31 juillet 2009, des dérivés incorporés aux contrats de vente d’électricité des entités mauriciennes.

Le résultat net consolidé s’établit à 19,4 millions d’euros et le résultat net part du Groupe à 15,9 millions d’euros. Il représente 0,56 €/action sur la base d’un nombre moyen pondéré dilué de 28 453 978 actions, à comparer à 0,61 €/action au 1er semestre 2009 (27 811 860 actions).

Flux de trésorerie

Les flux de trésorerie générés par l’activité opérationnelle se sont élevés à 30,5 millions d’euros au 1er semestre 2010, à comparer à 56,6 millions d’euros sur la même période de 2009. Cette baisse résulte principalement de l’augmentation du besoin en fonds de roulement, liée d’une part au fait que l’année 2009 avait été positivement impactée par la renégociation des conditions de paiement d’achat de matières premières et, d’autre part, aux décaissements liés à des travaux de réparation et d’entretien réalisés fin 2009, notamment sur CTM.

Les flux de trésorerie liés à l’investissement s‘établissent à -71,9 millions d’euros. Ce niveau témoigne de l’intense activité de développement dans le Groupe (poursuite de la construction de Caraïbes Energie, nombreux projets dans le photovoltaïque, dont Pierrelatte, mis en service début juin 2010, et dans l’éolien avec Porte de France), mais aussi des travaux de rénovation et de renforcement de la fiabilité technique des centrales thermiques existantes.

La trésorerie de clôture s’établit à 82,2 millions d’euros, contre 99,7 millions d’euros au 31 décembre 2009 et 62,0 millions d’euros au 30 juin 2009. Le Groupe dispose par ailleurs d’un montant de crédits court-terme non utilisés s’élevant à 10 millions d’euros, hors ligne dédiée au financement du stock de panneaux.

Structure financière

Au 30 juin 2010, les capitaux propres s’élèvent à 315,2 millions d’euros.

L’endettement financier brut s’élève à 579,8 millions d’euros. Il est constitué à hauteur de 84% de dette de financement de projets, couvrant des installations en exploitation et en cours de construction. La dette financière nette s’établit à 497,6 millions d’euros. Elle était de 459,9 millions d’euros à fin décembre 2009.

De nouveaux financements ont été mis en place au cours du semestre, à hauteur de 87 millions d’euros :
o 10 millions d’euros complémentaires pour Caraïbes Energie,
o 30 millions d’euros pour financer la levée d’option du crédit-bail de CTG-A,
o 16 millions d’euros pour la centrale plain-champ de Lassalle (Martinique),
o 20 millions d’euros pour financer le stock de panneaux photovoltaïques du Groupe,
o 11 millions d’euros pour la centrale éolienne de Porte de France (Lorraine).

Par ailleurs, le projet "Séchilienne Sidec Energie Renouvelable" a été approuvé par le Conseil d'administration de la Banque européenne d’investissement (BEI) le 23 juillet. La BEI interviendra en refinancement, à hauteur d’une enveloppe de 200 millions d’euros, auprès d’un pool de banques actuellement en cours de constitution. Les projets éligibles à cette enveloppe sont des programmes d’investissement de centrales solaires photovoltaïques en France.

Perspectives

Le second semestre devrait bénéficier d’une meilleure disponibilité des centrales thermiques qui ont réalisé la quasi-totalité de leurs arrêts techniques et d’investissements sur le 1er semestre. Il bénéficiera également de l’effet volume des nouvelles installations photovoltaïques mises en service. Le Groupe anticipe un second semestre avec des résultats liés à l’exploitation en nette augmentation par rapport au second semestre 2009.

Le Groupe est également confiant quant à la poursuite du développement des projets en cours, dont notamment la fin de la réalisation de la centrale Caraïbes Energie, pour laquelle le Groupe a procédé au recrutement de 22 collaborateurs, et dont la mise en service industrielle est prévue pour le premier trimestre 2011.

Dans le domaine photovoltaïque, 7,1 MW étaient en cours de construction au 30 juin 2010, en métropole, à la Réunion et dans les Caraïbes. Un parc éolien de 8 MW, Porte de France, en Lorraine, a également été mis en construction au cours du semestre.

En outre, le Groupe a lancé en juillet 2010 la construction d’un parc photovoltaïque de 12 MW à Kourou en Guyane.

Ceci permet au Groupe de confirmer ses perspectives à moyen terme, à savoir un accroissement de ses capacités installées d’environ 120 à 180 MW à horizon 2012 par rapport à la base installée au 31 décembre 2009.

*** Prochaine publication financière :
Information trimestrielle pour le 3ème trimestre 2010 le 21 octobre 2010 après bourse

*** A propos de Séchilienne-Sidec (www.sechilienne-sidec.com) - Depuis 30 ans Séchilienne-Sidec est un Groupe indépendant spécialisé dans la production d’électricité au travers de centrales de moyenne puissance charbon/biomasse, photovoltaïques et éoliennes. Grace à sa technicité, à son expérience en gestion de projets et à la qualité de ses équipes d’ingénieurs, le Groupe gère toutes les étapes du cycle de vie des centrales : conception, financement, construction et exploitation, partout dans le monde et, notamment, dans des environnements complexes. ISIN : FR0000060402 – SECH)

Contacts
Séchilienne-Sidec +33 (0)1 41 16 82 00

Oratorio +33 (0)1 44 94 96 30
Jean-François Carminati - jfcarminati@oratorio-group.com
Arnaud Salla - asalla@oratorio-group.com

Compte de résultat consolidé



Tableau des flux de trésorerie consolidés



Bilan consolidé



Capacités installées (en MW bruts)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant