Séchilienne-Sidec : Résultats annuels 2009

le
0

COMMUNIQUE DE PRESSE

Courbevoie, le 16 mars 2010

Résultats annuels 2009

· Bonne performance économique d’ensemble malgré une baisse des résultats liée aux nombreux arrêts non programmés de la production

· EBITDA : 100,8 M€ (41,2% du CA)

· Résultat net consolidé : 48,8 M€ (20,0% du CA)

· Résultat net part du groupe : 40,8 M€

· Flux de trésorerie opérationnels : 123,9 M€

· Proposition de dividende : 0,70 €/action

· Poursuite active des actions de transformation de l’entreprise

· Plan de marche ambitieux à moyen terme

Le Conseil d’Administration de Séchilienne-Sidec, réuni le 15 mars 2010 sous la présidence de M. Nordine Hachemi, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour l’exercice 2009.

Principales données consolidées (en millions d’euros)

2009

2008

Variation %

Chiffre d’affaires

244,6

304,5

-19,7%

EBITDA[1]

100,8

121,7

-17,2%

En % du chiffre d’affaires

41,2%

40,0%

Résultat opérationnel

77,6

95,9

-19,1%

En % du chiffre d’affaires

31,7%

31,5%

Résultat net consolidé

48,8

70,8

-31,1%

En % du chiffre d’affaires

20,0%

23,3%

Résultat net part du groupe

40,8

61,0

-33,1%

Soit par action (€/a)

1,45

2,19

-33,8%

Flux de trésorerie opérationnels

123,9

116,8

+6,1%

Capitaux propres (au 31 décembre)

321,6

298,2

+7,8%

Commentant les perspectives ouvertes par l’année 2009, Nordine Hachemi, Président-Directeur général de Séchilienne-Sidec, a déclaré : « L’année 2009 a été une année charnière pour le Groupe. La performance économique d’ensemble reste bonne, malgré les effets de la forte baisse des prix du charbon et des arrêts non programmés. Dans une période particulièrement difficile, le Groupe a augmenté les montants de dettes levées en financement de projets. Les actions de transformation en profondeur de la société pour la préparer à ses enjeux de croissance se sont poursuivies, qu’il s’agisse de l’arrivée de nouveaux talents venant renforcer les capacités managériales, financières et techniques ou de l’organisation du Groupe en structure matricielle afin de développer les synergies et la réactivité de l’ensemble.

Le Groupe prévoit à horizon 2012 d’accroître ses capacités installées d’environ 120 à 180 MW par rapport à une base installée de 600 MW à fin 2009. Ces nouvelles capacités représentent une croissance de 30 à 45% environ par rapport aux capacités actuellement détenues majoritairement par le Groupe.

Au-delà, le Groupe tirera pleinement parti de ses compétences de développeur de premier plan et de son excellence opérationnelle.

Dans ce contexte, le versement d’un dividende de 0,70 €/action traduit à la fois la volonté du Groupe de marquer sa confiance dans l’avenir tout en préservant ses équilibres financiers. »

Eléments financiers[2]

Rappel sur l’évolution du chiffre d’affaires en 2009[3]

En millions d'euros

Cumul à fin décembre

Secteur d'activité

2009

2008

Variation

Thermique

223,8

278,2

-19,6%

Photovoltaïque

13,3

20,6

-35,5%

dont exploitation

7,8

2,2

254,2%

dont autres ventes (*)

5,5

18,4

-70,3%

Eolien

6,1

4,2

44,7%

Holding

1,5

1,5

-1,3%

TOTAL

244,6

304,5

-19,7%

(*) ventes de panneaux et d'installations photovoltaïques clé en main à des tiers

Le chiffre d’affaires consolidé de Séchilienne-Sidec s’élève à 244,6 millions d’euros en baisse de 19,7% par rapport à 2008. L’essentiel de ce recul s’explique par la forte baisse des coûts du combustible tout au long de 2009, ainsi que par les perturbations de production résultant des incidents techniques et des mouvements sociaux survenus au cours de l’année.

Thermique : le chiffre d’affaires de l’activité thermique représente 91,5% de l’activité totale. Il s’établit à 223,8 millions d’euros, en recul de 19,6% par rapport à 2008. Près des deux tiers de cette baisse sont dus à l’impact négatif de la baisse des coûts du charbon, sur lesquels sont contractuellement indexés les prix de vente de l’électricité. Pour rappel, les prix du charbon avaient quasiment doublé en 2008 par rapport à 2007.

Les incidents techniques et les mouvements sociaux qui ont fortement perturbé la production, notamment au cours du second semestre 2009, ont masqué la bonne performance opérationnelle de l’ensemble des unités du Groupe. Le Groupe a réagi aux incidents techniques en redéfinissant un programme adapté d’investissements d’exploitation et de maintenance préventive, en renforçant les équipes techniques et en engageant une démarche QHSE sur l’ensemble des centrales.

S’agissant des relations sociales, un travail approfondi de rénovation a été engagé, notamment avec la nomination en fin d’année d’un Directeur des Ressources Humaines s’appuyant sur des relais régionaux.

Les principes de la participation Siège ont été étendus aux centrales thermiques à la Guadeloupe et à la Réunion. Ainsi, à compter de 2010, les salariés de ces centrales seront concernés par la performance économique au travers de ces schémas de participation. Enfin, les dispositions liées à la mise en œuvre de la « prime bagasse » sont en cours de contractualisation.

Photovoltaïque : le chiffre d’affaires de l’activité photovoltaïque s’est établi à 7,8 millions d’euros au titre de l’exploitation, en forte hausse par rapport à 2008 du fait de l’augmentation du parc en exploitation. Par ailleurs, 5,5 millions d’euros ont été générés par la vente de panneaux et d’installations photovoltaïques clé en main à des tiers.

Eolien : le chiffre d’affaires de l’activité éolienne s’est élevé à 6,1 millions d’euros, en progression de 44,7%, principalement grâce à la mise en service de 22,0 MW courant 2008.

Autres éléments de résultat

L’EBITDA s’établit à 100,8 millions d’euros, et représente 41,2% du chiffre d’affaires. L’écart négatif de 20,9 millions d’euros par rapport à 2008 traduit principalement les effets de la baisse des prix du charbon à hauteur de - 8,5 millions d’euros et ceux conjugués des arrêts non programmés et autres éléments exceptionnels ayant impacté les centrales au cours de l’année à hauteur de -10,1 millions d’euros.

L’activité photovoltaïque a généré un EBITDA de 4,9 millions d’euros au titre de l’exploitation, en forte hausse par rapport à 2008 (+3,4 millions d’euros) grâce à l’augmentation de la capacité moyenne en exploitation ainsi qu’aux bonnes performances des équipements. Par ailleurs, l’EBITDA généré par les défiscalisations est en légère baisse de 1,8 million d’euros, et celui lié aux ventes de panneaux et de centrales à des tiers en diminution de 3,1 millions d’euros en raison d’un moindre volume de cessions de panneaux.

Dans l’éolien, l’EBITDA s’est établi à 4.9 millions d’euros, en hausse de 1,5 million d’euros.

Le solde de la variation de l’EBITDA s’explique essentiellement par les efforts importants réalisés à tous niveaux dans la structuration de la société ainsi que le renforcement significatif des lignes managériales et conduit à des charges additionnelles de 2,1 millions d’euros.

L’ensemble constitué par le coût de l’endettement financier et les autres charges et produits financiers s’établit à -17,7 millions d’euros, à comparer à -19,6 millions d’euros en 2008. Cette amélioration de 1,8 million d’euros reflète la baisse des taux d’intérêt.

Le taux effectif d’impôt ressort à 22,7% en 2009, contre 12,6% en 2008. Cette variation s’explique par le fait que le Groupe avait bénéficié en 2008 d’un crédit d’impôt non récurrent de 7,1 millions d’euros au titre de la défiscalisation des augmentations de capital.

Le résultat net consolidé s’établit à 48,8 millions d’euros, soit 20% du chiffre d’affaires. Le résultat net part du Groupe s’élève à 40,8 millions d’euros et représente 1,45 €/action, à comparer à 2,19 €/action en 2008.

Flux de trésorerie

Les flux de trésorerie générés par l’activité opérationnelle se sont élevés à 123,9 millions d’euros en 2009, en croissance de 7,1 millions d’euros par rapport à 2008. Cette augmentation résulte de l’amélioration sensible du besoin en fonds de roulement et de la diminution du montant d’impôt décaissé en raison des défiscalisations obtenues en 2008, ces deux éléments permettant de compenser la baisse constatée de l’EBITDA.

Malgré un contexte d’activité plus difficile en 2009, les investissements se sont maintenus à un niveau élevé au cours de l’exercice, à 75,6 millions d’euros. La diminution de 44,1 millions d’euros par rapport à 2008 résulte de la mise en place d’une politique d’engagement des projets plus rigoureuse et de l’allongement constaté dans les délais d’obtention des autorisations.

Les flux de trésorerie générés par les activités de financement se sont élevés en 2009 à -15,4 millions d’euros contre +26,5 millions d’euros en 2008, soit une variation de -41,9 millions d’euros. Cette évolution s’explique essentiellement par le remboursement en 2009 d’un prêt revolving Corporate pour 20 millions d’euros tiré en 2008.

Au total, la variation nette de trésorerie est de +32,9 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice et la trésorerie de clôture s’établit à 99,7 millions d’euros. Le Groupe dispose par ailleurs d’un montant de crédits court-terme non utilisés s’élevant à 35 millions d’euros.

Structure financière

Au 31 décembre 2009, les capitaux propres s’élèvent à 321,6 millions d’euros, soit une hausse de 7,8% par rapport au 31 décembre 2008.

L’endettement net ressort à 459,9 millions d’euros, stable par rapport à fin 2008, et est constitué essentiellement de dette de financement de projets, couvrant des installations en exploitation et en cours de construction.

Dividendes

Le Conseil d’Administration proposera à la prochaine Assemblée Générale prévue le 18 mai 2010 un dividende de 0,70 euro par action.

Perspectives

Le Groupe prévoit à horizon 2012 d’accroître ses capacités installées d’environ 120 à 180 MW par rapport à une base installée de 600 MW à fin décembre 2009. Ces nouvelles capacités représentent une croissance de 30 à 45% environ par rapport aux capacités actuellement détenues majoritairement par le Groupe.

Dans l’activité Thermique, à la Guadeloupe, les travaux de construction de la centrale Caraïbes Energie, d’une puissance de 38 MW, se poursuivent conformément au planning. Le premier couplage au réseau électrique est prévu fin décembre 2010 et une mise en service contractuelle au 1er trimestre 2011. A la Martinique, le Groupe a obtenu l’autorisation d’exploiter pour son projet de centrale bagasse/charbon CCG2 de 38MW ; l’ensemble des dossiers administratifs nécessaires à l’obtention du permis de construire sera déposé à la fin du 1er trimestre 2010.

Dans le Photovoltaïque, il est prévu d’installer et/ou de lancer la construction de 80 à 130 MW supplémentaires. Au cours du 4ème trimestre 2009, le Groupe a démarré la construction d’un parc en plain-champ d’une capacité de 7 MW à Pierrelatte dans la Drôme. Sa mise en service est prévue au cours du 2ème trimestre 2010. Par ailleurs les projets en cours de développement s’élèvent à 84,4 MW, dont 59,0 MW de permis de construire déjà obtenus.

Enfin, dans l’Eolien, l’ambition est de disposer de 50 à 60 MW à horizon 2012, ce qui représente un accroissement de 10 à 20 MW par rapport à fin 2009. Des permis de construire ont été obtenus pour 25 MW.

Au-delà de 2012, deux autres projets de centrales de cogénération d’électricité et de chaleur fonctionnant à la bagasse et au charbon sont en cours d’instruction, sur l’île de Marie-Galante dans l’archipel guadeloupéen pour 15 MW et à Saint André à la Réunion pour 40 MW. Pour ces deux installations, les autorisations d’exploiter ont été accordées, respectivement en mars 2009 et janvier 2010.

La société opère depuis 30 ans sur le marché des petites et moyennes centrales thermiques avec une expertise unique dans le domaine de la biomasse. Ce marché est aujourd’hui à la fois important et dynamique sur de nombreux territoires. Le Groupe entend tirer pleinement parti de ses fortes compétences de développeur et de son excellence opérationnelle. Cette politique continuera d’assurer une rentabilité satisfaisante en privilégiant la recherche d’un cadre contractuel protecteur.

***

Prochaine publication financière : Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2010 le 29 avril 2010 après bourse

A propos de Séchilienne-Sidec (www.sechilienne-sidec.com)

Depuis 30 ans Séchilienne-Sidec est un Groupe indépendant spécialisé dans la production d’électricité au travers de centrales de moyenne puissance charbon/biomasse, photovoltaïques et éoliennes. Grace à sa technicité, à son expérience en gestion de projets et à la qualité de ses équipes d’ingénieurs, le Groupe gère toutes les étapes du cycle de vie des centrales : conception, financement, construction et exploitation, partout dans le monde et, notamment, dans des environnements complexes. ISIN : FR0000060402 – SECH)

* * *

Contacts

Séchilienne-Sidec +33 (0)1 41 16 82 00

Oratorio +33 (0)1 44 94 96 30

Jean-François Carminati - jfcarminati@oratorio-group.com

Arnaud Salla - asalla@oratorio-group.com



[1] EBITDA : résultat opérationnel avant dotations aux amortissements, dotations et reprises de provisions pour dépréciation, risques et charges

[2] Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après vérification du rapport de gestion et finalisation des procédures requises pour les besoins de l’enregistrement du Document de référence

[3] Voir communiqué du 10 février 2010 sur le chiffre d’affaires 2009


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant