Sébastien Squillaci : "Escudé m'a fait connaître les taureaux en liberté"

le
0
Sébastien Squillaci : "Escudé m'a fait connaître les taureaux en liberté"
Sébastien Squillaci : "Escudé m'a fait connaître les taureaux en liberté"

Sébastien Squillaci nous avait accordé 4 heures de son temps, en fin de saison dernière. Après un premier opus publié début février, voici le deuxième volet de cette interview fleuve, avant ce Monaco/Bastia qu'il ne jouera pas, car blessé. Au programme de la discussion : du Lyon, du Séville, du Arsenal et des bons restos.


A Lyon, il paraît qu'on t'aurait retenu de ne pas aller exploser la tête de Ben Arfa, un jour, au clubhouse. Légende urbaine ou non ? Pfff C'est vrai qu'on a eu une altercation, sur le terrain, et après. Mais bon, ça arrive dans un groupe. Je suis pas du genre à m'embrouiller, ça m'est très peu arrivé en fait, mais c'est fini. Je l'ai recroisé en sélection et ailleurs. C'est oubli, tout ça est oublié. On peut dire que c'était un conflit de générations. Des paroles ne m'ont pas plu et sur le terrain, je peux avoir un engagement peut-être un peu excessif. Je ne lui en veux plus.
Lyon, indépendamment de l'hyper-champion de France, c'est aussi la ville de ta femme Oui, elle y avait ses parents. On habitait un appartement près du Parc de la Tête d'or. Ce sont deux super années. Avec Houllier la première année, je gagne mon premier titre de champion. La deuxième avec Perrin, on fait le doublé.
A l'OL, comme tu joues à droite, Cris passe à gauche, et ça ne lui plaît pas. Il a même clairement tiré les ficelles pour jouer avec Caçapa Cris, il ne m'en a jamais parlé directement. Je comprends l'égo de chacun, mais bon Je pars du principe qu'un joueur est à la disposition de l'équipe. Ça me dérange quand un joueur veut jouer ici ou là. Non, ça ne marche pas comme ça le football. L'entraîneur choisit qui et où. Dans ma carrière, je n'ai jamais fait ça, ça veut dire quoi ? Que tu veux la place d'un autre ? Je me souviens qu'avec Cris, on a été performant. Si j'avais dû jouer à gauche, je l'aurais fait. J'aurais été moins bon parce que j'ai un moins bon pied gauche que lui, et aucun repère pour n'y avoir jamais joué !
La deuxième année avec Perrin, vous prenez beaucoup de buts mais vous faites le doublé coupe-championnat. Et il se fait virer J'avais de très bons rapports avec lui, mais ça passait moins bien avec d'autres joueurs importants du club, ce qui a fait, je pense, que le président s'en est séparé. Perrin était à l'écoute. On dominait moins au niveau du jeu que l'année d'avant mais les résultats parlent pour lui. Seulement, des choses plaisaient moins à certains. Peut-être qu'il laissait plus de libertés aux joueurs et il l'a payé.
En tout cas, tu pars de Lyon, dont...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant