Sebastian Roché : "Il existe une malédiction policière française"

le , mis à jour le
3
Dans une manifestation de policiers à Paris, le 26 octobre 2016.  
Dans une manifestation de policiers à Paris, le 26 octobre 2016.  

C'est un chiffre inquiétant passé inaperçu. Un sondage de l'Ifop révélait que 41 % des Français font moins confiance aux pouvoirs publics qu'à eux-mêmes pour « contrer les risques d'attentats ». Une défiance qui touche de plein fouet les policiers. Pourtant après les attentats de janvier 2015, jamais la police n'avait été aussi populaire. Le sociologue Sebastian Roché, enseignant à l'Institut d'études politiques de Grenoble, qui vient de publier De la police en démocratie

(Grasset), décrypte la fin de « l'état de grâce ». S'appuyant sur de nombreuses enquêtes et études comparatives menées en Europe, il révèle, au-delà du malaise actuel, la fracture entre la police et une partie de la jeunesse, en particulier celle de confession musulmane. Ce spécialiste de la délinquance et de la police plaide en faveur d'une réforme d'urgence pour restaurer la confiance. L'enjeu ? Rien de moins que la cohésion de la société.

Le Point : La confiance de la population envers la police, qui culminait après les attentats, s'est effritée, elle a même cédé la place à de la défiance, si l'on en croit de récents sondages. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Sebastian Roché : La confiance est un élément essentiel de la vie dans une société démocratique. Au niveau de la famille, comme de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 7 mois

    Les policiers sont sous les ordres d'un gouvernement et c'est en ce gouvernement que les français n'ont plus confiance , les restrictions judiciaires et les contraintes administratives entravent la rapidité d'action et le niveau nécessaire à son efficacité.

  • nanard83 il y a 7 mois

    Bien commenté , M761 !

  • M7166371 il y a 7 mois

    fracture entre la police et les jeunes délinquants ? le contraire serait plutôt inquiétant ...