Seb : une valeur à laisser mitonner

le
0

(lerevenu.com) - SON ACTUALITÉ. Après un premier semestre assez difficile, les ventes ont rebondi au troisième trimestre. En hausse de 5,3%, à 998 millions d'euros, elles ont dépassé les attentes. Cette performance a permis au leader mondial du petit électroménager de relever son objectif de chiffre d'affaires annuel. Mais les dirigeants s'attendent à une stabilité du résultat opérationnel (hors participation des salariés). Après un gain de 152% en cinq ans, le titre a reculé de 4,6% en trois ans. Une simple pause ?

SA STRATÉGIE. Qui en Europe, ne connaît pas Moulinex, Krups, ou Lagostina ? Et Supor en Chine, Imusa en Colombie, Maharaja Whiteline en Inde... Pour doper son activité, l'entreprise s'est développée avec succès dans deux directions : l'internationalisation et l'innovation.

CAP SUR LES ÉMERGENTS. Seb est devenu l'un des groupes industriels français les plus mondialisés. Une dimension au c½ur de sa stratégie. En 2012, près de 53% des ventes ont été réalisées dans les pays émergents et 47% dans les pays matures. En 2002, les pays émergents ne représentaient que 25% du chiffre d'affaires global. La Chine est même devenue le deuxième marché du groupe grâce au rachat de la marque Supor en 2008, dont Seb possède désormais 71% du capital. C'est en rachetant des mar­ques locales que le français s'est installé dans ces pays. La société est peu en

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant