SEB teste les pièces de rechange imprimées

le
8
SEB teste les pièces de rechange imprimées
SEB teste les pièces de rechange imprimées

Dans la pièce qu'une collection de cocottes-minute décore, elles trônent le long du mur, entourant un bureau et un ordinateur. Ces deux imprimantes 3D, de la taille d'un réfrigérateur, sont au coeur de la nouvelle stratégie du groupe SEB, le leadeur mondial du petit équipement de la maison avec les marques SEB, Moulinex, Tefal, Calor, Rowenta et Krups, qui, depuis un mois, appose sur ses produits le logo « produit réparable dix ans ».

 

Ici, au beau milieu des montagnes de Franche-Comté, dans le bucolique village de Faucogney-et-la-Mer, le groupe SEB a transformé une ancienne usine en centre international de la pièce de rechange. Dans un immense hangar de 15 000 m2 sont stockées 6 millions de pièces. Chaque mois, 1 800 colis partent vers le monde entier. Mais les imprimantes 3D pourraient considérablement simplifier la logistique — fort complexe — des pièces détachées.

 

Le jour de notre visite, elles impriment des pignons d'entraînement de robot mixeur et des capots de friteuse. Ces imprimantes à 50 000 € l'unité mettront soixante-douze heures pour produire une dizaine de pièces de rechange. Des petits concentrés de technologie qui redonneront vie à nos appareils de cuisine usagés. « L'impression 3D, pour l'instant, c'est un peu cher : 2 à 3 € pièce contre quelques centimes quand elles sont fabriquées en série. Mais c'est la garantie de pouvoir fournir la pièce à vie », souligne Alain Pautrot, le directeur du service satisfaction consommateurs du groupe SEB. Depuis septembre, ces pièces détachées imprimées en 3D sont envoyées gratuitement à de vrais clients pour réparer leur appareil en panne. Objectif : tester en conditions réelles la résistance et l'acceptation par les consommateurs de ces pièces en plastique ni bien blanc ni brillant. Quarante types de pièces  très demandées — ont été sélectionnées. Si elles réussissent le test, SEB généralisera l'expérience l'été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dioptaze il y a un mois

    Sacré société en tout cas valeur sure

  • toto409 il y a un mois

    Avoir la piece c'est bien...la monter c'est autre chose......Combien coutera le montage..si ca revient le prix d'une nouvelle machine, plus econome et plus performante le gain consomateur est 0.....C'est comme pour les voitures, on peut facilement avoir une piece de rechange..la monter c'est tout autre

  • t_n_t il y a un mois

    un nouveau marchéceux qui pratiquent la politique des pieces de rechange, vont faire en sorte de rentabiliser ce marché en rendant certaines pieces moins fiables

  • jmlhomme il y a un mois

    Les pieces à 3 euros....;ce n'est rien si la machine repart pour une vie. 3 euros c'est le prix du transport. Reste que le mieux est de concevoir des produits robustes. La fiabilité coute dix fois moins cher car pas de SAV.

  • 22329524 il y a un mois

    Bravo ! ! ! ! !

  • gracyr il y a un mois

    durée de vie d'un micro ondes de 6 à 7 ans!!! le mien fonctionne toujours après plus de 20ans...

  • 14rc259 il y a un mois

    Excellente chose, des imprimantes 3D capables de reproduire des pièces de rechange à l'unité ou en petite série. Que demande le client en France et ailleurs que son moulin à café qui a 10 ans qui ne fonctionne plus en raison d'une pièce à 2 balles puisse être réparé car il y tient à son moulin. Je veux bien payé plus cher un appareil qui sera réparable dix ans au lien d'un autre "made in ...." réparable 10 mois, et encore quelques fois 10 jours.

  • monjohn il y a un mois

    Enfin une initiative proactive et customer friendly! Bravo SEB!