SEB importe en France son Danish Mortgage Bond

le
0
(NEWSManagers.com) - SEB Wealth Management vient de lancer en France son Danish Mortgage Bond, un fonds investi sur les obligations hypothécaires danoises. Cette classe d'actifs qui peut apparaître comme une niche aux yeux d'investisseurs français pèse tout de même plus de 300 milliards d'euros, souligne Lars Juelskjaer, responsable des investissements obligataires & TAA de SEB Asset Management à Copenhague, de passage à Paris.

Le terme " hypothécaire " est aussi susceptible d'évoquer de mauvais souvenirs. Mais on est loin du marché américain et de la crise du subprime, assure Lars Juelskjaer. " Le marché danois des obligations hypothécaires est l'un des plus réglementés au monde " , explique-t-il. Au contraire du secteur du subprime, " aucun prêt n'est accordé à des emprunteurs ne présentant pas les garanties minimum. Et en cas de défaut, le propriétaire du bien immobilier devra rembourser toute sa vie " , poursuit-il. Il ajoute que le marché, coté sur la Bourse de Copenhague, est très liquide. Si bien qu'au cours de ses deux siècles d'histoire, le marché obligataire danois n'a connu aucun défaut et la plupart des émetteurs sont notés AAA par S&P.

L'importance de ce marché dans un si petit pays s'explique par le fait que la quasi-totalité de l'immobilier au Danemark, résidentiel et commercial, est financée par l'émission d'obligations hypothécaires. De fait, ces dernières sont devenues un " sport national " pour les Danois, qui n'hésitent d'ailleurs pas à les rembourser par anticipation lorsque cela est possible (environ la moitié des obligations hypothécaires danoises sont remboursables par anticipation).

Le fonds de SEB sur ce marché (de droit luxembourgeois) représente un encours de 157 millions d'euros au 31 octobre 2012, sachant que l'équipe de quatre personnes qui le pilote chez SEB gère 9,4 milliards d'euros sur la classe d'actifs. Jusqu'ici plutôt cantonné à une clientèle danoise ou d'Europe du Nord, puis allemande, il commence désormais à séduire des investisseurs de Suisse, du Benelux et de France en quête d'alternatives aux obligations gouvernementales. Depuis le début de l'année, le fonds, pour sa part en euros, dégage une performance nette de frais de 3,84 %, après +8,96 % en 2011.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant