Sean Dyche, le Mourinho roux

le
0
Sean Dyche, le Mourinho roux
Sean Dyche, le Mourinho roux

En début de saison, il avait tout de la victime idéale. Sauf qu'en six mois, Sean Dyche, physique de déménageur et voix d'accro à la cigarette, a fait comprendre que ni lui ni son équipe de Burnley ne comptaient se faire taper dessus sans répondre. Portrait d'un homme qui a grandi dans la difficulté et l'ombre de Brian Clough.

Stamford Bridge, 21 février 2015. Les Blues de José Mourinho peinent à prendre le dessus sur le modeste Burnley, promu en Premier League qui se bat chaque semaine pour faire durer le plaisir. En fin de match, Danny Ings est même tout près de donner l'avantage aux Clarets en contre, mais sa frappe passe à côté... Mourinho est sceptique, devant l'autre banc, un grand gaillard rouquin avec une voix de gros fumeur s'époumone pour que ses hommes fassent les derniers efforts, assurent ce point précieux pour la course au maintien. Ce grand rouquin qui ressemble à un videur de boîte s'appelle Sean Dyche. Il y a six mois, pour la réception de cette même équipe de Chelsea au Turf Moor, il avait le physique type de la victime pour tous les observateurs du football anglais : une équipe trop faible pour espérer lutter dans les eaux des Blues, Citizens et Gunners, et une carrure trop limitée pour perturber les plans de ses confrères Louis van Gaal, Mauricio Pellegrini ou Arsène Wenger. Sauf qu'à la mi-mars, en dépit d'une série de sept matchs sans victoire depuis janvier, le Burnley FC n'est pas encore mort, et son entraîneur se permet d'animer les séances d'entraînement avec le sourire. En lutte, les Clarets ? "Non" répond Sean Dyche. "Si vous êtes Manchester United et vous retrouvez dans les quatre derniers, vous êtes en difficulté. Mais si vous êtes Burnley, vous êtes à votre place. On n'a jamais rêvé d'être en Ligue des champions. Tout est question de mentalité, nous sommes en phase de construction, en progression. Le terme "lutter" implique la difficulté, alors que nous, on construit sur et en dehors du terrain. Avoir suffisamment de points pour rester en Premier League, ce n'est pas une lutte, c'est un challenge."
"J'ai entendu toutes les vannes possibles et imaginables sur les roux"
La sérénité de Sean Dyche face à la menace d'un retour en Championship s'explique facilement : l'homme comme l'ancien joueur, un défenseur central physique dans les divisions inférieures, n'a jamais connu la facilité. Et a donc toujours appris à s'adapter. "J'ai toujours pensé que j'étais invincible. Quand vous êtes un petit rouquin à Kettering, vous êtes la cible des moqueries à l'école, vous apprenez à survivre" expliquait le coach de Burnley il y a peu dans le Daily Telegraph. Des moqueries sur le...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant