SeaFrance/MyFerryLink : un protocole d'accord va mettre fin au conflit

le , mis à jour à 21:48
0
SeaFrance/MyFerryLink : un protocole d'accord va mettre fin au conflit
SeaFrance/MyFerryLink : un protocole d'accord va mettre fin au conflit

Un protocole d'accord, mettant fin au conflit entre la Scop SeaFrance, le groupe Eurotunnel, ex-propriétaire des bateaux de la compagnie MyFerryLink assurant la liaison transmanche, et leur repreneur DFDS, a été signé lundi soir, a annoncé le secrétariat d'Etat aux Transports dans un communiqué après huit heures de négociations. L'accord prévoit la reprise de 402 des 487 salariés de la Scop SeaFrance.

Le contenu de l'accord doit être exposé par le Syndicat maritime Nord (SMN) lors d'une assemblée générale des adhérents mardi midi.

Les marins de la Scop Seafrance en liquidation judiciaire avaient mis fin lundi vers 1h 30 au blocage du port de Calais qui avait perturbé le trafic maritime en fin de week-end de retour en vacances. Les retards étaient encore nombreux lundi matin entre Calais et Douvres.

«Pour les 487 salariés concernés, cet accord prévoit la création de 402 emplois par Eurotunnel et DFDS, ainsi que le versement d'une indemnité transactionnelle pour les salariés sans emploi au 1er janvier 2016», précise le ministère. Toujours selon ce communiqué, «les discussions ont permis de dégager des moyens nécessaires pour le paiement par le liquidateur des salaires du mois d'août». Quant aux bateaux Rodin et Berlioz, cédés par Eurotunnel à DFDS, et occupés par des marins depuis deux mois, ils «seront restitués le mercredi 2 septembre à 9 heures».

Le protocole a été signé à l'issue de plus de huit heures de négociations. La précédente réunion, le 24 août, avait également duré huit heures, et un projet de protocole avait pu être mis sur pied, après des discussions infructueuses fin juillet, qui avaient abouti au blocage du port de Calais.

Le projet de protocole du 24 août prévoyait de reprendre 407 ex-salariés de la Scop SeaFrance. Les marins de la Scop avaient annoncé vendredi avoir obtenu des garanties des AGS (le régime de garantie des salaires) pour le paiement d'une partie de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant