SeaFrance : la colère du patron du port de Calais contre les marins et l'Etat

le
0
SeaFrance : la colère du patron du port de Calais contre les marins et l'Etat
SeaFrance : la colère du patron du port de Calais contre les marins et l'Etat

PDG de la société d'exploitation du port de Calais et de Boulogne-sur-Mer, Jean-Marc Puissesseau assiste depuis un mois au blocage du port par les salariés de la Scop SeaFrance, placée en liquidation judiciaire le 31 juillet. Vendredi, comme ils l'avaient déjà fait à plusieurs reprises depuis le début du mois de juillet, ces derniers ont à nouveau barré l'accès au port de Calais. La situation ne devrait pas s'améliorer puisque les salariés de SeaFrance ne seront pas fixés sur leur sort avant fin août (voir aussi ci-contre), au grand dam du patron du port, également président de la chambre de commerce et d'industrie de la Côte d'Opale, qui regrette l'immobilisme des pouvoirs publics.

L'accès au port de Calais a été encore bloqué vendredi dernier...

JEAN-MARC PUISSESSEAU. Le 31 juillet était un jour de pic de trafic pour le port. Pourtant, les gendarmes qui étaient sur la rocade ne sont pas intervenus pour en libérer l'accès. Ils n'ont fait qu'installer des déviations. C'était le chaos ! Quand les marins bloquent l'A 16 pour empêcher l'accès à Eurotunnel, les autorités réagissent. Mais quand il s'agit du port, rien ne se passe.

Pourquoi, selon vous ?

Le traitement social de la grève ? L'Etat attend peut-être que la situation pourrisse. Depuis un mois, nous ne sommes pas tenus au courant des discussions engagées pour la reprise de SeaFrance. La dernière fois que le ministère des Transports m'a contacté, c'était il y a deux ou trois semaines. Le port de Calais ne doit pas être négligé.

Quelle est la situation depuis un mois au port de Calais ?

Les marins agissent en totale impunité. Ils occupent et immobilisent leurs bateaux sur deux passerelles, or nous n'en avons que cinq. Notre capacité de trafic est donc réduite de 20 % depuis un mois, et nous avons perdu 7 M€ de chiffre d'affaires. Début juillet, tout le port a été bloqué pendant une semaine. Puis les manifestants ont fini par laisser passer les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant