SE-Unsa : "Le dossier des profs de prépas n'est pas prioritaire"

le
2
Un cours de lettres en classes préparatoires au lycée du Parc à Lyon.
Un cours de lettres en classes préparatoires au lycée du Parc à Lyon.

Les profs de prépas sont en colère. Jusqu'à présent, ils étaient soumis à l'obligation réglementaire de service (ORS) de dix heures hebdomadaires, "déchargeables" de deux heures, une heure pour les enseignants de deuxième année et une heure au moins pour ceux qui ont des classes de plus de 35 élèves. Le ministère de l'Éducation nationale propose de supprimer ces décharges et que tous les enseignants de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) fassent dix heures hebdomadaires, au profit de ceux qui enseignent en zone d'éducation prioritaire qui se verraient décharger d'une et demi à deux heures de cours.

LIRE notre article "La révolte des profs de prépas"

La plupart des syndicats ont estimé qu'une telle modification entraînerait une baisse de 10 % à 20 % de leurs rémunérations, ce qu'a réfuté Vincent Peillon. En contrepartie d'une modification du temps de travail, le ministre de l'Éducation nationale a suggéré le versement d'une indemnité de 3 000 euros par an pour ceux qui enseigneraient au moins quatre heures devant plus de 35 élèves. Une mesure qui n'a pas calmé les enseignants : plusieurs milliers d'entre eux, accompagnés d'élèves de classes préparatoires, ont manifesté lundi à Paris et dans plusieurs villes pour contester un projet de réforme qui modifierait leurs conditions de travail. L'appel à la grève lancé pour l'occasion a été très suivi, plus que lors des précédents mouvements contre cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 10 déc 2013 à 19:58

    Garder une étiquette d'extrême gauche est prioritaire chez ces fossiles de la politique. Précoces dans la bétise.

  • a.guer le mardi 10 déc 2013 à 19:17

    Ben voyons ! C'est de là que sortiront nos futures élites, alors , effectivement, c'est moins important que les horaires des écoliers ...