Se reconnaître libéral, serait-ce un gros mot ?

le
16
François Hollande, président de la République.
François Hollande, président de la République.

Pour commencer, il y a souvent erreur sur la définition du libéralisme qui n'est ni une idéologie ni une doctrine économique, mais plus simplement une philosophie basée sur un double principe fondamental : le droit prime l'État, et l'individu l'emporte sur la collectivité, ce qui est le cas, par exemple, aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Suisse. Or, en France, c'est tout le contraire : l'État est supérieur au droit, et le collectif l'emporte sur le citoyen avec comme conséquence que le social passe avant l'économie. L'État peut même y changer le droit selon les nécessités ou les majorités du jour, ou selon les circonstances historiques. Les Américains ont la même Constitution depuis l'origine, tandis que la France, pendant la même période, a vu passer deux empires, deux ou trois monarchies, cinq constitutions républicaines, sans compter quelques régimes hybrides, comme le Consulat ou Vichy. Cette instabilité est liée à notre histoire moderne très belliqueuse qui commence par une Révolution sanglante pour se terminer par deux guerres mondiales après lesquelles nos intellectuels d'extrême gauche n'ont rien trouvé de mieux que de participer à la création d'une catastrophe idéologique, le communisme, basé sur une dictature du collectivisme poussé à son paroxysme, dans lequel les individus comptent à peine plus que des fourmis. Apparatchiks à la mode soviétiqueDe plus, nous vivons dans un curieux pays qui a su créer, au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mr.tony le mercredi 12 fév 2014 à 20:21

    Article de rêve, merci beaucoup!!!

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:59

    Et l'histoire Américaine ne passerait-elle pas elle aussi par une révolution sanglante, une guerre contre les indiens qui pourrait bien ressembler à un génocide et une guerre civile dite de sécession dont l'objet principal était quand même l'abolition de l'esclavagisme ?

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:56

    "Cette instabilité est liée à notre histoire moderne très belliqueuse qui commence par une Révolution sanglante pour se terminer par deux guerres mondiales"Analyse pour le moins curieuse... les états unis n'auraient donc pas connus eux aussi 2 guerres mondiales (Sans compter une guerre au VietNam, 2 guerres en Irak, etc) ?

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:53

    Juste une petite question, si le droit prime l'état qui définit le droit ?

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:51

    Quand aux libéraux qui créeraient de la richesse, sans doute, mais là où ils sont les plus forts c'est dans la créations de salariés pauvres...

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:49

    Car enfin le libéralisme s'est installé comment en Angleterre sous l'ère Tatcher ? En commençant par nier le droit des salariés de défendre leurs droit (d'où le surnom de dame de fer) et en imposant à l'état les point de vue du grand patronat... comme Schröder et Hartz l'ont fait en Allemagne. Exactement l'inverse de la théorie libérale.

  • gaia2011 le mercredi 12 fév 2014 à 18:44

    "le droit prime l'État, et l'individu l'emporte sur la collectivité" Il y a une petite erreur dans la définitions du libéralisme... la réalité dans les faits est "le droit du riche prime l'État, et l'intérêt d'un individu riche l'emporte sur celui de la collectivité".

  • clau0646 le mercredi 12 fév 2014 à 18:32

    spartaku , heureusement qu'il y a des libéraux pour créer encore un peu de richesse , surtout pour ceux qui n'en crée pas , n'est ce pas ! sans ces créateurs vous seriez tous au bois de Boulogne en train de faire des pi.pes pour subvenir à vos besoins, rigolo !

  • M3155433 le mercredi 12 fév 2014 à 18:31

    La France n'a rien d'un pays libéral , il n'y a que la propagande Poutou ou Besancenot a le dire. Quand plus de la moitié des richesses produites par la population est accaparée par l'état , qui en dispose apres selon ses envies , on ne peut pas parler de libéralisme ! Quand le budget de la Sécu et des "mairies" pour le social(600Mds €) , est plus du double du budget de l'état(env.300Mds€)...!!

  • abacchia le mercredi 12 fév 2014 à 17:53

    Bien d'accord avec "lorant21". Que ce gouvernement (et ce président) soit déjà pragmatique, pour le libéralisme, on a le temps de voir. Mais si l'absence de pragmatisme économique continue de perdurer, au bénéfice de l'idéologie, la machine économique finira par être irrémédiablement cassée...