SDF à Paris : on ne doit pas s'habituer

le , mis à jour à 09:27
0
SDF à Paris : on ne doit pas s'habituer
SDF à Paris : on ne doit pas s'habituer

Il s'est allongé sur un banc public, face au pont d'Austerlitz (Paris), mais ne trouve pas le sommeil. Il est 1 h 30 du matin dans cette rue déserte. Mains dans les poches, Jérôme, 37 ans, n'a ni besace ni argent. « C'est ma première nuit dehors depuis quatre ans, je suis parti sans rien dire », décoche-t-il, mâchoire serrée. Que va-t-il devenir ? « Je vais faire SDF dans Paris. » Un de plus à grossir les rangs des vagabonds. Un parmi tant d'autres, que nous avons rencontrés dans la nuit de lundi à mardi lorsque nous sommes allés, à trois reporteurs, au contact de cette réalité insupportable, dans les arrondissements populaires comme les beaux quartiers de la capitale.

Sous les feux des projecteurs, il y a une décennie presque jour pour jour, grâce au coup de poing médiatique des Enfants de Don Quichotte et leurs tentes du canal Saint-Martin, le sort du peuple de la rue ne s'est depuis guère amélioré. Ils n'ont, en effet, jamais été aussi nombreux à plonger dans cette extrême précarité qui saute aux yeux et fait mal au coeur. Difficile d'établir un recensement précis. Les estimations évaluent à 7 000 le nombre de personnes qui couchent dehors, à Paris intra-muros, contre environ 5 000 il y a six ans. Pour tenter de répondre à cette croissance exponentielle, les associations de solidarité ouvrent de nouveaux foyers, à l'instar de ce centre d'hébergement d'urgence du XVIe arrondissement, très mal accueilli par les riverains mais qui doit commencer à fonctionner « d'ici à deux semaines » selon la mairie de Paris.

Des hommes-fantômes à la recherche du moindre abri

Lors de nos « maraudes », la plupart de nos témoins n'ont pas refusé le dialogue, au contraire. Le long du canal de l'Ourcq (XIXe), nous avons discuté avec Parviz, un réfugié iranien surnommé la Momie parce que, pour se reposer, il emballe tout son corps épuisé dans une couette blanche. En face de la gare d'Austerlitz (XIIIe), nous avons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant