Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko font leurs adieux à l'ISS après 340 jours, un record

le
0
Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko font leurs adieux à l'ISS après 340 jours, un record
Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko font leurs adieux à l'ISS après 340 jours, un record

L'astronaute américain Scott Kelly et le cosmonaute russe Mikhaïl Kornienko doivent quitter mardi soir la Station spatiale internationale (ISS) à l'issue d'un séjour record de 340 jours à bord de l'avant-poste orbital destiné à préparer une future mission habitée vers Mars.Ils doivent rejoindre le Soyouz russe amarré à l'ISS peu après une cérémonie d'adieu, vers 21H00 GMT. La fermeture du sas est prévue à 21H40 GMT, suivie un peu plus de trois heures après, à 01H05 GMT (mercredi) du désamarrage.Le Soyouz s'éloignera alors de la Station et environ deux heures plus tard il allumera à deux reprises ses moteurs orbitaux pour freiner sa course et décrocher de l'orbite terrestre pour entamer une plongée de 53 minutes vers la Terre.L'atterrissage dans les steppes kazakhes est programmé à 04H27 GMT, soit 10H27 heure locale mercredi matin.Scott Kelly, 52 ans, et Mikhaïl Kornienko, 55 ans, étaient arrivés à l'ISS le 27 mars 2015. Pendant leur long séjour dans la Station, les deux hommes ont été soumis régulièrement à des examens médicaux ainsi qu'à une batterie de tests et d'analyses pour étudier les effets à long terme de la microgravité sur l'organisme humain.Des échantillons de fluides corporels ont été prélevés avant leur départ pour l'espace, puis régulièrement durant la mission et continueront à être recueillis pendant plus d'un an après leur retour sur Terre.Le frère jumeau de Scott Kelly, l'ancien astronaute Mark Kelly, a également participé au sol à cette expérience. Toutes les données recueillies sur les deux frères devraient fournir des points de comparaison précis et utiles sur les effets physiologique du voyage de longue durée dans l'espace.Dans une interview jeudi dernier, Scott Kelly avait dit se sentir bien psychologiquement et qu'il pourrait, si nécessaire, "rester cent jours de plus", voire davantage dans l'espace confiné de l'ISS."Je pourrais faire encore un an s'il le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant