Scor s'étend aux Etats-Unis en rachetant une filiale de Generali

le
0
SCOR DEVIENT LE PREMIER RÉASSUREUR-VIE AUX ÉTATS-UNIS
SCOR DEVIENT LE PREMIER RÉASSUREUR-VIE AUX ÉTATS-UNIS

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Scor a annoncé mardi le rachat des activités de réassurance-vie de Generali aux Etats-Unis pour 579 millions d'euros, poursuivant son expansion à l'international après le rachat de Transamerica Re il y a deux ans.

Cette transaction va dans le même temps permettre au réassureur français de devenir le numéro un du marché américain de la réassurance-vie avec une part de marché estimé de l'ordre de 27%, devant l'américain Reinsurance Group of America (RGA) et le suisse Swiss Re.

Scor financera cette acquisition pour l'essentiel sur ses ressources propres et compte en payer une partie via l'émission de dette hybride, dont le groupe s'est refusé pour le moment à donner le montant.

"L'essentiel, la grande majorité de cette acquisition se fait sur ressources propres. On profite également d'une situation où les taux d'intérêt sont extrêmement bas pour ce financement", a déclaré Denis Kessler, le PDG de Scor, lors d'une conférence téléphonique.

"Il est trop tôt pour donner le montant de cette dette hybride", a-t-il ajouté, assurant néanmoins qu'il s'agirait d'un "montant extrêmement modeste".

Le rachat de Generali USA, qui doit être finalisé au cours du second semestre de cette année, confirme la stratégie de Scor de renforcer ses activités aux Etats-Unis et en Asie pour compenser le ralentissement du marché européen.

Début mai, des sources proches des négociations avaient indiqué que Scor était le mieux placé pour reprendre ces activités américaines de l'assureur italien face à son concurrent RGA, également candidat.

PAS D'AUTRE ACQUISITION EN VUE

A la Bourse de Paris, l'action Scor gagne 3,39% à 23,02 euros à 10h30, donnant au réassureur français une capitalisation boursière de 4,4 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre progresse de 12,8% après un gain de 13% en 2012.

"Cette transaction confirme la stratégie de croissance externe sur le segment vie du marché américain", souligne un trader parisien. "En termes de valorisation, l'opération a été conclue sur un multiple de 15 fois les résultats 2012 et avec une décote de 35% de l'embedded value (valeur du portefeuille de contrats existants, NDLR)."

Pour Generali, l'opération contribuera à ses efforts de renforcement de sa solidité financière, l'italien ayant prévu de lever 4 milliards d'euros grâce à la vente d'actifs non stratégiques d'ici 2015.

La vente de sa filiale américaine va, selon ses calculs, lui rapporter 920 millions de dollars (704 millions d'euros).

Pour justifier l'écart entre les prix annoncés par Generali et Scor, Denis Kessler a expliqué que l'assureur italien avait intégré dans le montant de la transaction le bénéfice estimé de Generali USA pour 2013 et le gain tiré de l'annulation de garanties apportées à sa filiale outre-Atlantique.

Scor a assuré ne travailler pour le moment sur aucune autre acquisition.

Avec Noëlle Mennella et Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant