Scientologie : la défense retarde les débats

le
0
Depuis plusieurs jours, les avocats multiplient les questions prioritaires de constitutionnalité.

Commencé depuis bientôt une semaine, le procès en appel à Paris de la Scientologie n'est toujours pas entré dans le vif du sujet. Les faits d'escroquerie en bande organisée pour lesquels cinq prévenus sont renvoyés ne sont toujours pas abordés et sont loin des préoccupations actuelles des avocats de la défense. En rangs serrés devant une présidente parfois exaspérée mais inflexible, ces derniers s'évertuent depuis le début à faire voler en éclats le procès en tentant de trouver un défaut dans la cuirasse juridique.

Même si d'aucuns se défendent de toute man½uvre dilatoire et jurent ne faire que du droit, les audiences se résument pour l'heure à un lâcher de grenades judiciaires, en l'occurrence des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Si elles sont retenues par le tribunal, ces dernières, on le sait, ont pour effet de renvoyer aux calendes grecques le procès, le temps pour le Conseil constitutionnel d'examiner éventuellement divers poin

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant